Haut-Jura : le projet Dôle-Tuffes suspendu par deux procédures judiciaires

Coup d'arrêt pour le projet d'aménagement de la station de ski Les Rousses, après les recours judiciaires déposés le 13 septembre 2019 / © MAXPPP/PHOTOPQR/LE PROGRES
Coup d'arrêt pour le projet d'aménagement de la station de ski Les Rousses, après les recours judiciaires déposés le 13 septembre 2019 / © MAXPPP/PHOTOPQR/LE PROGRES

L'association France Nature Environnement a déposé contre le projet d'extension du domaine des Rousses un référé suspensif et un recours pour abus de pouvoir à l'encontre du préfet du Jura auprès du Tribunal administratif de Besançon. 

Par Elise Koutnouyan

L'association France Nature Environnement (FNE) n'a pas dit son dernier mot. Vendredi 13 septembre, la FNE Bourgogne Franche-Comté a déposé deux recours auprès du Tribunal administratif de Besançon contre le projet de modernisation du domaine skiable des Rousses : un référé-suspension et un recours pour abus du pouvoir à l'encontre du préfet du Jura. 
 

Nous avons envoyé un communiqué de presse la semaine dernière. En l'absence de réponse, et pour anticiper tout démarrage de travaux, on a lancé la procédure judiciaire. Nous demandons deux choses : une étude climatique réllement indépendante préalable au chantier et que le volet du projet sur la piste événementielle soit abandonnée, nous a confirmé Hervé Bellimaz par téléphone.
 

Audience en référé le 1er octobre 


Le Syndicat mixte de développement touristique (SMDT) de la station de Rousses se dit "embêté par la situation", regrette son président Sébastien Benoit-Guyod. Nous avons sollicités la FNE pour se rapprocher d'eux, on attend leur retour." Le SMDT est convoqué le 1er octobre au tribunal administratif pour l'audience du référé-suspension. 

Pour la station, la situation est délicate. Nos installations sont obsolètes : 37 ans d’âge en moyenne. Ce n'est pas un programme d'extension, mais de renouvellement des installations, insiste Sébastien Benoit-Guyod. On reste sur l’enveloppe du domaine skiable existant. 

Bernard Regard, élu de Prémanon et membre du SMDT abonde : "si ce projet devait ne pas aboutir, ça aurait des conséquences catastrophiques pour notre attractivité. A terme, ça pourrait signer la mort de la station. Ce qui laisserait une quarantaine de saisonniers sur le carreau."

Le préfet du Jura avait donné le 30 juillet son feu vert au projet, contre l'avis du Conseil national de la protection de la nature (CNPN), provoquant la colère des associations écologiques. 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus