Maurice Rajsfus, victime de la rafle du Vél'd'Hiv : depuis le Jura, sa fille Michelle Plocki entretient sa mémoire

Il n’est jamais évident d’être la fille de ou le fils de. Surtout quand votre père a été victime de la rafle du Vélodrome d’Hiver à l’âge de 14 ans avec sa sœur et ses deux parents. Et qu'il a ensuite été journaliste et écrivain prolixe. Michelle Plocki s’est pourtant emparée de son histoire familial. Elle la transmet en rééditant les livres de son père.

Maurice Plocki était fils d’émigrés juifs polonais. Il a été arrêté à l’âge de 14 ans avec sa sœur aînée et ses parents. C’était à Paris, le 16 juillet 1942. 12 884 hommes, femmes et enfants juifs sont arrêtés par la police parisienne lors de la rafle du Vél’ d’Hiv’. Ils seront presque tous déportés à Auschwitz et exterminés par les nazis.

Maurice et sa sœur Jenny seront relâchés après la rafle, mais leurs parents, eux, ne sont jamais rentrés d’Auschwitz où le convoi de la mort les a emmenés.

Maurice Plocki changera de nom de famille quelques années plus tard pour prendre celui de sa mère : Rajsfus.

Un secret bien verrouillé

Michelle, la fille de Maurice Rajsfus a vécu jusqu’à ses 10 ans dans le petit appartement de 27m² de Vincennes dans lequel a grandi son père avec ses parents et sa sœur. C’est de cet appartement qu’ils ont été emmenés de force par la police de Vichy jusqu’au Vélodrome d’Hiver, un stade parisien du XVe arrondissement de Paris. Maurice avait 14 ans. Sa sœur Jenny, 16 ans.

Tant que la famille de Michelle est restée dans cet appartement, Michelle n’a pas eu connaissance du drame qui a touché sa famille. Le secret reste enfermé entre les murs de l’appartement familial. Silence complet.

Mon père pratiquait une omerta complète sur ces évènements, tellement traumatisants pour lui et sa sœur. 

Michelle Plocki, fille de Maurice Rajsfus.

Michelle loge jusqu'à ses 10 ans dans cet appartement. Elle ne garde aucun souvenir du lieu. 

Puis une décision est libératrice. La famille déménage. Maurice Rajsfus bénéficie du 1% patronal et a l’opportunité d’acquérir un appartement de 75 m² en banlieue. C'est un nouveau départ pour tous.

Son père se met à écrire sur sa tragique histoire. Il fait des recherches et retrouve notamment le numéro de convoi de ses parents, leur trajet. Et, au fur et à mesure qu’il se documente et qu’il pose des mots sur le papier, sa carapace se fend et des informations arrivent jusqu’aux oreilles de Michelle.  

Tout à coup, j’ai découvert une famille disparue à jamais, j’ai vu des photos et ensuite des films… 

Michelle Plocki, fille de Maurice Rajsfus

Mais, cette histoire lui est tellement lointaine qu’elle a du mal à la faire sienne. Elle lui glisse sur le corps sans laisser d’empreinte. Sa mémoire lui fait défaut. Ce qu’elle lit, elle l’oublie. Les prénoms de ces grands-parents, les dates, tout lui échappe. Les rares mots de son père s'effacent.

Je n’ai jamais pu m’identifier à cette famille, elle m’échappait. Elle était tout pour mon père, elle n’était rien pour moi… 

Michelle Plocki, fille de Maurice Rajsfus

Un écrivain prolifique 

Après le déménagement, Maurice Rajsfus passe tout son temps derrière sa machine à écrire. De nombreux livres seront édités. Mais s’il écrit beaucoup, il parle peu à sa famille. Pour connaître son histoire, Michelle lit donc les livres de son père.

 "La Rafle du Vel’d’Hiv", "Des juifs dans la collaboration", "La Police de Vichy", "Opération étoile jaune" autant de titres sur son vécu et ceux de tant d’autres. Une soixantaine de livres verront le jour. Des livres de Maurice Rajsfus sur son histoire personnelle, d'autres seront plus politiques ou historiques.

L'homme, marqué par la déportation de ses parents à Auschwitz, naviguera toute sa vie dans les sphères militantes, tout en cultivant une indépendance totale.

Maurice Rajsfus gardera toute sa vie une solide aversion pour les forces de l’ordre. Il n’aura de cesse de récolter des informations sur les violences policières en France. Antifasciste infatigable, il les archivera des années sombres de la Collaboration jusqu'à sa mort en 2020. Il tiendra un journal mensuel au nom de « Que fait la police ? ».

Toutes ces archives sont venues grossir le fond de la bibliothèque-musée "La Contemporaine" sur le campus de l’Université de Paris Nanterre. Gardées en lieu sûr, elles seront mises en lumière au gré des expositions.

Car, c’est bien cela que Michelle Plocki désire. Laisser une trace et ne pas disparaître anonymement.

J’ai longtemps eu le sentiment et je l’ai encore que je ne laisserai pas de traces en m’en allant, que je ne compte vraiment pour personne, qu’on ne se souviendra pas de moi… Comme mes grands-parents, qui n’ont rien laissé derrière eux (du moins pour moi). 

Michelle Plocki, fille de Maurice Rajsfus

Tout naturellement, Michelle Plocki a voulu se souvenir, et que d’autres se souviennent. Avec son frère Marc Plocki, ils ont réédité les livres primés de leur père aux Éditions du Détour. Quand elle est sollicitée, Michelle, habitante de La Pesse dans le Jura, se déplace volontiers pour transmettre l'histoire familiale. Marc Plocki, son frère tient une chronique antifasciste. Camille Plocki, fille de Marc est comédienne et chanteuse. Dans sa dernière création, "Tomber dans les arbres", elle explore son arbre généalogique et interroge son grand-père.

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité