Sur les traces du loup : pour la première fois un suivi hivernal du prédateur aura lieu dans le Jura

Le loup est présent dans le massif du Jura. / © Klaus-Dietmar Gabbert - AFP
Le loup est présent dans le massif du Jura. / © Klaus-Dietmar Gabbert - AFP

Le loup est dans le massif jurassien. Dès que la neige sera de retour, les agents de l'Office National de la Chasse et la Faune Sauvage vont tenter d'en savoir plus sur la présence du prédateur dans le secteur de la frontière suisse.

Par Sophie Courageot

Partir sur les traces du loup. Pour étudier ses empreintes. Relever des échantillons de crottes. Ou de poils de l'animal. C'est la mission qui attend les agents de l'ONCFS cet hiver. Leur terrain d'étude sera la zone permanente où le loup est présent à la frontière suisse dans le secteur de Bois d'Amont, Les Rousses, Prémanon.

"Nous allons essayer de trouver des empreintes, et du matériel génétique qui nous permettent de mettre une identité sur le ou les individus présents dans ce secteur" explique Laurent Balestra, responsable de l'Office National de la Chasse et Faune Sauvage dans le Jura. 

Il faudra attendre que la neige soit installée pour effectuer ces relevés.


Le loup est présent à la frontière franco-suisse


Les spécialistes du loup le savent. Le prédateur est bien là. Dans le secteur de la Dole (en Suisse), et côté français. Le 5 novembre, un troupeau de moutons et brebis a été attaqué à Arthenas dans le Jura. 29 bêtes sont mortes ou ont du être euthanasiées. Tous les signes de l'attaque portait les caractères d'une attaque de loup. Les analyses ont conclu à une prédation, et "la piste du loup n'est pas écartée". C'est le terme employé par les services de l'Etat. 
Quelques jours après d'autres attaques moindres ont eu lieu dans les secteurs de Saint-Laurent-La-Roche, et Loisia. Des analyses sont en cours pour savoir si là aussi, il pourrait s'agir d'une attaque de loup.

En 2007, des attaques avaient déjà eu lieu dans le secteur du Risoux. En 2014, lors d'attaques également à Arthenas, le loup était resté trois semaines sur une même zone avant de disparaître. A Arthenas, la Préfecture a autorisé pendant quelques jours des tirs d'effarouchement du loup. Les lieutenants de louveterie qui ont effectué plusieurs nuits de veilles n'ont jamais vu l'animal. Le prédateur ne s'est pas manifesté non plus sur les pièges photos installés sur place.

Dans ce secteur du Jura, où ont lieu les attaques, la direction départementale des territoires a informé les agriculteurs de la présence du loup. Il est demandé aux agriculteurs de protéger leur troupeau, par des parcs de contention notamment.
La Préfecture a déclenché une cellule de veille, explique Laurent Balestra, pour suivre la situation.  

Combien d'individus sont présents dans le massif du Jura ? Les prochaines études hivernales menées en collaboration avec les Suisses permettront peut-être d'en savoir plus sur la présence du prédateur, sans danger pour l'homme. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Municipales : François Rebsamen annoncera sa candidature à sa propre succession après Noël

Les + Lus