L’épouse d'Eric Loupiac, urgentiste à l'hôpital de Lons-le-Saunier mort du Covid-19, dépose plainte contre X

Le procureur de Lons-le-Saunier a annoncé ce mardi 4 août que l'épouse d'Eric Loupiac, médecin urgentiste à l’hôpital de Lons-le-Saunier décédé du Covid-19, a déposé plainte contre X, pour homicide involontaire, non-assistance à personne en danger et omission de porter secours. 

Hommage au docteur Eric Loupiac, médecin urgentiste à l'hôpital de Lons-le-Saunier décédé du Covid-19, Sur les grilles de l'Hôtel-Dieu de Lons-le-Saunier.
Hommage au docteur Eric Loupiac, médecin urgentiste à l'hôpital de Lons-le-Saunier décédé du Covid-19, Sur les grilles de l'Hôtel-Dieu de Lons-le-Saunier. © Florence Petit - France Télévisions
La colère de Claire Loupiac s'est finalement traduite par une plainte devant la justice. La veuve du docteur Eric Loupiac, médecin urgentiste de l'hôpital de Lons-le-Saunier décédé du Covid-19 le 23 avril, a porté plainte contre X mardi 4 août pour homicide involontaire, non-assistance à personne en danger et omission de porter secours, nous a confirmé le procureur de la République de Lons-le-Saunier Lionel Pascal. 

Au mois de mai, Claire Loupiac avait fait part de son souhait de porter plainte contre le ministre de la Santé Olivier Véran et sa prédécesseure Agnès Buzyn, ainsi que contre l’ARS de Bourgogne-Franche-Comté et le directeur de l’hôpital de Lons-le-Saunier, où exerçait son mari. L'épouse d'Eric Loupiac porte finalement plainte contre X, mais "le nom du directeur de l'hôpital de Lons-le-Saunier est cité dans la plainte" précise le procureur Lionel Pascal.

Selon le parquet de Lons-le-Saunier, une enquête sera diligentée des chefs visés dans la plainte dans les jours à venir.
 


"Il savait que l’hôpital était mal préparé"

Alors que son mari était encore en réanimation à l'hôpital de La Timone à Marseille, Claire Loupiac avait dénoncé le manque de protection à l'hôpital de Lons-le-Saunier. "Je suis tellement en colère, ça devait arriver, Eric savait que ça allait se passer comme cela, disait-elle. Il sait qu’il a été contaminé le 6 mars par une patiente venue aux urgences. Mon mari l’a examiné, il n’y avait que quelques tests de dépistage faits quotidiennement alors, mon mari n’avait qu’un simple masque chirurgical, une mince protection. Il savait que l’hôpital était mal préparé. Depuis ce qui se passait depuis un an, on courait vers la catastrophe", disait-elle.

Médecin urgentiste à l'hôpital de Lons-le-Saunier et membre de l'association des médecins urgentistes de France (AMUF), le docteur Eric Loupiac était en première ligne dans les mouvements de grève et les manifestations pour obtenir plus de moyens pour les urgences et l'hôpital public.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société