"Grève sanitaire" dans l’éducation : un mouvement peu suivi dans l'académie de Besançon, mais soutenu par les parents 

Plusieurs syndicats enseignants appellent à une grève nationale ce mardi 10 novembre dans les établissements scolaires. Ils réclament des moyens et un protocole sanitaire renforcé face à l'épidémie de Covid-19.

© Hugues Perret - France Télévisions
L’inquiétude et la grogne gagne les écoles, collèges et lycées alors que l’épidémie de Covid a repris de plus belle au retour des vacances de Toussaint. Le mot d’ordre de grève serait suivi aujourd’hui par 10 à 15% des enseignants de primaire, selon les syndicats, dans les écoles du département du Jura. Certains parents ont découvert l’appel à la grève ce matin en amenant leurs enfants. 

Dans l'académie de Besançon, la mobilisation tourne autour des 10% selon les chiffres communiqués par le rectorat
À l’école Paul-Emile Victor de Lons-le-Saunier, le soutien était néanmoins là. “Il faut absolument soutenir nos enseignants, leurs conditions de travail sont complexes, les directives sont contradictoires, il leur faut plus de moyens” résume une maman, déléguée de parents d’élèves. “J’estime que les enfants doivent aller à l’école, mais je comprends l’inquiétude de certains enseignants qui peuvent avoir 35 élèves dans leur classe” ajoute un papa.

Après les lycées, les collèges vont-ils revoir leur protocole sanitaire et mettre en place des cours à distance ? 

Ce mardi, plusieurs syndicats du second degré avaient lancé un mot d’ordre de grève. Parmi eux l’intersyndicale (FSU, FNEC-FP-FO, CGT, Educ'action, SNALC, SUD et SNCL-FAEN) et le Snuipp-FSU, premier syndicat dans les écoles primaires.

La semaine dernière, Jean-Michel Blanquer avait annoncé un renforcement du protocole sanitaire dans les lycées pour enrayer la deuxième vague de l'épidémie de Covid-19. Au lycée désormais,  davantage de cours à distance sont autorisés, à condition de conserver au moins 50% d'enseignement en présentiel pour chaque élève.

Les enseignants souhaiteraient que les collèges bénéficient également de mesures. Ils sont confrontés aux mêmes problématiques (classes surchargées, cantines).

Recruter des personnels de façon urgente dans les établissements scolaires

L’intersyndicale estime également que la "situation actuelle nécessite la présence massive et urgente de personnels dans les écoles, collèges, lycées" et demande au ministère de "procéder dès à présent au recrutement de personnels, en particulier en ayant recours aux listes complémentaires des concours".
 

"Il faut que les parents d’élèves connaissent la vérité"

“Nous voudrions que les parents d’élèves soient informés des conditions réelles d’accueil de leurs enfants dans les écoles. Le Ministre de l’Éducation nationale ne parle que d’un protocole parfaitement pensé et ficelé, mais la réalité du terrain est tout autre et les conditions actuelles de scolarisation ne permettent pas de préserver la sécurité des personnels des écoles ni celle des élèves (et donc de leurs familles)” estime quant à lui le Snuipp du Doubs. Un rassemblement a eu lieu à 14 h devant le Rectorat à Besançon. 
Les syndicats enseignants rassemblés devant le rectorat à Besançon.
Les syndicats enseignants rassemblés devant le rectorat à Besançon. © France Télévisions - Sarah Rebouh

Des tests antigéniques pour les enseignants et les personnels de l’éducation

Mardi 9 novembre, le ministère de l’éducation a annoncé la mise à disposition dès la semaine prochaine des établissements scolaires, d’un million de tests antigéniques à destination des personnels. Ils seront destinés à tous les établissements situés dans des zones où l'accès aux tests virologiques PCR est tendu, et lorsque des cas de Covid-19 sont apparus dans l'établissement".

Dans un premier temps, "seuls les personnels (enseignants, administratifs, surveillants) seront concernés, pas les élèves. Les tests seront pratiqués par les infirmières scolaires sur la base du volontariat, qui seront éventuellement assistées des associations de protection civile ou d'étudiants en santé".

Une épidémie de Covid-19 maîtrisée dans l’Éducation selon le ministre Blanquer

Vendredi 6 novembre, 3.528 élèves avaient été testés positifs et 1.165 personnels, sur 12 millions d'élèves et 1 million d'agents que compte l'Éducation nationale. Le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer avait alors estimé que le nombre de cas de Covid-19 parmi les élèves et les professeurs était "maîtrisé" en France. 

Les contaminations recensées au sein du système éducatif restent "en dessous des proportions qu'on rencontre dans le reste de la population", avait-il souligné.

À l’école Nationale de Police de Montbéliard, où les élèves sont de jeunes adultes, on compte à ce jours 109 personnes positives. D’autres résultats de dépistage sont attendus dans les prochaines heures. L’établissement a fermé ses portes pour une semaine.


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société éducation confinement