Enfant de la Nièvre, médaillé de bronze en saut en longueur, proche d'une carrière de handball : tout ce qu'il faut savoir sur Jules Pommery

Publié le
Écrit par Gaël Simon .

Un Nivernais en bronze. Ce mardi 16 août, Jules Pommery a terminé troisième de l'épreuve de saut en longueur en marges des championnat d'Europe d'athlétisme de Munich. Le natif de Cosne-sur-Loire obtient à 21 ans sa première médaille internationale au plus haut niveau.

La première médaille française aux championnats d'Europe d'athlétisme est Bourguignonne. Ce mardi 16 août, le Nivernais Jules Pommery a décroché le bronze en saut en longueur après une soirée à rebondissements. Une performance remarquable pour le natif de Cosne-sur-Loire qui, a 21 ans, vit sa première compétition majeure en sénior.

Troisième après un déclassement

Dans une finale particulièrement serrée, Jules Pommery est passé par toutes les émotions. Après le déroulement de l'épreuve, il se retrouve quatrième du classement final avec un saut à 8 mètres 06. Mais le deuxième du classement, l'anglais Jacob Fincham-Dukes est soupçonné d'avoir mordu la planche sur sa tentative.

"J'ai demandé sur conseil du staff de faire 'checker' l'image sur l'ordinateur au juge référent du concours à la fin. Selon lui, ce n'était pas mordu. La Fédération (française d'athlétisme) a fait un recours et le juge d'appel va revoir les images et décider. J'ai bon espoir", expliquait-il hier soir au moment où les arbitres délibéraient.

Vous pouvez retrouver les tentatives de Jules Pommery et de Jacob Fincham-Dukes dans la vidéo ci-dessous.

durée de la vidéo : 33sec
Jules Pommery en bronze à Munich ©France 3 Bourgogne

S'en suivent 30 longues minutes d'attente jusqu'à la délivrance à 23h40. Le sauteur britannique est déclassé, Jules Pommery récupère la troisième place et le bronze qui va avec. "Quel bonheur de rapporter une médaille après un concours aussi animé… Merci à tous ceux qui font partie du voyage et me font avancer", a-t-il salué ce mercredi sur les réseaux sociaux.

Un premier fait d'armes international

Pour sa première participation à une compétition internationale en sénior, le Nivernais frappe donc un grand coup et confirme les espoirs placés en lui. Véritable valeur montante de l'athlétisme français, Jules Pommery est déjà auréolé d'un joli palmarès en jeune : champion d'Europe junior en 2019 et champion de France espoirs en juillet dernier.

Mais avec cette médaille, il acquiert une renommée plus internationale et confirme une très belle année 2022. Hier, il a franchi pour la deuxième fois la barre des 8 mètres. La première fois, c'était en mai où il avait atteint les 8,17 mètres, soit la troisième meilleure performance de la saison.

"J'ai appris, j'ai fait des gros concours, c'était mon quatorzième de la saison qui a commencé fin avril. Je ne suis pas blessé, je suis capable de me montrer dans de grosses compétitions. C'est super encourageant pour les prochaines saisons", commentait-il après la finale de ces championnats d'Europe.

Il aurait pu percer dans le handball

Voilà donc des premiers bonds réussis au plus haut niveau pour celui qui a commencé le saut en longueur à l'âge de 6 ans. Une passion héritée de son père qui pratiquait l'athlétisme et de sa grand-mère, bénévole dans le club de ses débuts.

Disposant de capacités athlétiques exceptionnelles, le Nivernais se montre rapidement efficace sur les pistes... mais également sur les parquets. Jules Pommery pratique également le handball, à l'USON Nevers, dans lequel il arrive à se tailler une jolie réputation en jeunes, attirant les convoitises de nombreux centres de formation. En 2017, le gaucher intègre alors à la fois le pôle espoir de Dijon de handball et d'athlétisme. 

Jules Pommery, qui rêve des Jeux Olympiques depuis l'enfance, s'oriente finalement vers le saut en longueur. Il entre en 2019 à l'Insep, le fleuron du sport français qui forme et entraîne les athlètes de haut niveau, et continue son apprentissage, jusqu'à cette première médaille de bronze à Munich hier.

La suite pour lui : les Mondiaux de 2023 organisés à Budapest puis les Jeux de Paris 2024. Nul doute que le Nivernais devrait y être l'une des figures de la délégation française.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité