Nevers : un joueur fidjien de l'USON jugé à Paris pour agression sexuelle

Josaia Raisuqe (à gauche) lors d'un match entre le Stade Francais et Treviso, en décembre 2015 / © KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Josaia Raisuqe (à gauche) lors d'un match entre le Stade Francais et Treviso, en décembre 2015 / © KENZO TRIBOUILLARD / AFP

Le parquet de Paris a requis mercredi 29 novembre, un an de prison avec sursis contre le rugbyman fidjien de Nevers, Josaia Raisuqe, jugé pour agression sexuelle et violences et 6 mois de sursis contre son compatriote, ailier vedette du Stade Français, Waisea Nayacalevu.

Par AFP


► Le procès a eu lieu mercredi 29 novembre 2017, devant la 24ème chambre du tribunal correctionnel de Paris. Josaia Raisuge est également poursuivi pour agression sexuelle

Contrairement à Josaia Raisuqe, contre lequel le procureur a requis 12 mois de prison avec sursis et mise à l'épreuve pendant 18 mois, Waisea était poursuivi uniquement pour violences en état d'ivresse. 

Les deux rugbymen avaient été interpellés en état d'ébriété le 23 juillet 2017 vers 3h du matin, après une altercation devant une discothèque du 13ème arrondissement. Ils jouaient alors tous les deux au Stade français, mais Josaia Raisuqe a été licencié du club après cette affaire.

Josaia Raisuqe est accusé d'agression sexuelle par Jessica, une femme de 35 ans, qui affirme qu'il lui a "saisi les seins violemment et fortement". Les faits auraient duré entre 5 et 20 secondes, selon la plaigante. Elle a décrit au tribunal son sentiment d'"impuissance": "je me sentais à sa merci".

► Josaia Raisuqe nie ces faits. "Je n'ai jamais fait cela de ma vie. (...) Dans ma culture, la femme est très respectée", a dit le joueur de 23 ans, arrivé en France en 2015. Il y a eu ensuite les coups de poing donnés par les deux rugbymen à deux amis de la victime. Ceux-ci se sont vu prescrire deux et trois jours d'incapacité totale de travail (ITT).

"Les prévenus minimisent les faits de violence même s'il y a un début de reconnaissance. Sur l'agression sexuelle par contre, Josaia Raisuqe exclut tout à fait avoir mis les mains sur la poitrine" de Jessica, a indiqué le procureur. C'est pourtant principalement sur ces faits que s'est concentré le procès.

"Ce n'est pas une petite agression sexuelle. C'est une agression sexuelle", a déclaré le procureur. "Ce type de délinquance occasionne de lourds préjudices comme on le voit en ce moment à travers la libération de la parole" des victimes.

Josaia Raisuqe, qui fêtait son anniversaire ce soir là, a reconnu avoir bu environ "douze pintes de bière et beaucoup de vodka". 

► Le tribunal rendra sa décision le 30 janvier.


A lire aussi

Sur le même sujet

Un livre en hommage aux grands vins de Bourgogne (archives)

Les + Lus