En visite dans la Nièvre, Elisabeth Borne salue l'élection de Sophie Binet à la tête de la CGT

La Première ministre s'est rendue dans la Nièvre ce vendredi 31 mars. Une visite sur le thème de l'éducation au cours de laquelle s'est invité le sujet de la réforme des retraites. Près de 300 manifestants étaient même présents à Nevers, pour protester contre cette visite.

Elisabeth Borne était de passage dans la Nièvre ce vendredi 31 mars. Une visite consacrée à la jeunesse, qui a porté sur le thème de l'égalité des chances à l'école.

► LIRE AUSSI - Ce que vient faire Elisabeth Borne dans la Nièvre ce vendredi 31 mars

Ce qu'a annoncé Elisabeth Borne pendant son déplacement dans la Nièvre

De passage dans l'école et collège de La Machine, Elisabeth Borne a profité d'un point presse pour réaffirmer la volonté du gouvernement de remplacer systématiquement les professeurs absents. Elle a par ailleurs évoqué la question de la carte scolaire et des fermetures de classes.

"On souhaite changer de démarche sur ces fermetures qui sont annoncées quelques mois à l'avance. On veut une approche sur plusieurs années pour pouvoir anticiper, et partager en transparence avec les parents, les élus, afin de trouver des réponses adaptées", a-t-elle affirmé.

La Première ministre a également annoncé la création de 3 000 places dans les internats ruraux. Enfin, les "territoires éducatifs ruraux" (TER), qui visent à améliorer la prise en charge pédagogique des jeunes, vont voir leur effectif doubler dès l'an prochain. Objectif : 300 TER en France d'ici trois ans.

Elisabeth Borne a également félicité Sophie Binet pour son élection à la tête de la CGT. "C'est une bonne nouvelle pour toutes les femmes", a-t-elle avancé. Pour rappel, Sophie Binet a succédé à Philippe Martinez à la tête de la centrale au terme du congrès du syndicat, ce vendredi.

Revivre le direct

13h45 - Elisabeth Borne a quitté le palais ducal en direction de la préfecture. Les manifestants sont désormais dispersés.

13h - Elisabeth Borne a rendu hommage à Pierre Bérégovoy, ancien Premier ministre sous François Mitterrand, disparu il y a 30 ans. Elle a ensuite débattu avec les jeunes du conseil municipal.

12h50 - De nombreux manifestants - près de 300, selon notre journaliste sur place - sont à Nevers pour protester contre l'arrivée de la Première ministre. Ils ont essayé de s'approcher du palais ducal, sans succès.

12h10 - Elisabeth Borne est ensuite attendue au palais ducal de Nevers, qui abrite l'hôtel de ville. Elle y rencontrera le conseil municipal des jeunes.

11h55 - Questionnée sur la réforme des retraites, la Première ministre a salué l'élection de Sophie Binet à la tête de la CGT, première femme à accéder à ce poste. "C'est une bonne nouvelle pour toutes les femmes", a-t-elle félicité.

11h50 - Lors d'un point presse, Elisabeth a annoncé "plus de transparence et de visibilité" concernant la carte scolaire. Elle a également promis la création de 3 000 places dans les internats ruraux pour éviter que les jeunes soient "contraints" dans le choix de leur lycée.

On va développer des places d'internat dans les lycées ruraux, pour que les jeunes ne soient pas contraints dans le choix de leur lycée par l'éloignement géographique et qu'ils puissent accéder aux filières qu'ils souhaitent.

Elisabeth Borne,

en visite dans la Nièvre vendredi 31 mars

11h45 - "Un point sensible dans les territoires ruraux, c'est les fermetures de classes", avance Elisabeth Borne, dans un point presse. "On souhaite changer de démarche sur ces fermetures qui sont annoncées quelques mois à l'avance. On veut une approche sur plusieurs années pour pouvoir anticiper, et partager en transparence avec les parents, les élus."

11h00 - La Première ministre assiste à plusieurs discours, notamment du recteur de l'académie de Dijon et du maire de La Machine, au sujet du lien entre primaire et collège dans la commune.

10h35 - La délégation ministérielle va assister à un cours d'anglais co-enseigné entre la classe de CM2 et de 6e. "C'était quoi une de vos meilleurs idées pour l'école ?", demande un élève au ministre de l'Éducation nationale. "Justement faire que le primaire, le CM2 et le CM1, se rapprochent du collège et de la 6e. Et c'est exactement ce que vous faites ici", lui répond Pap Ndiaye.

10h15 - Sur place, environ 20 manifestants attendaient la Première ministre. Impossible pour eux d'approcher les lieux : ils étaient arrêtés près de l'église, à 200 mètres de l'école de La Machine, première étape de la visite d'Elisabeth Borne. "C'est une honte, on nous parque pour pas qu'on nous entende !", tempête un manifestant.

10h10 - Elisabeth Borne est arrivée à la machine. Elle est accueillie par Pap Ndiaye, ministre de l'Éducation nationale, Dominique Faure, ministre chargée des collectivités territoriales et de la ruralité, ainsi que plusieurs personnalités politiques locales. Parmi eux, le maire de la commune ou le président du conseil départemental.

Quid de la réforme des retraites ?

Les syndicats avaient déposé une demande pour un rassemblement à la mi-journée. La CGT a également organisé une action dans la matinée devant l'incinérateur de Fourchambault, à quelques kilomètres de Nevers.

Selon nos informations, une réunion entre un représentant du gouvernement et des délégués syndicaux pourrait aussi se tenir dans la journée.