Fermeture de la maternité de Nevers : « On espère trouver une solution cette semaine »

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sophie Mercier

Suite à la fermeture de la maternité de Nevers dans la Nièvre, lundi 11 avril, la direction de l’hôpital s’est réunie mardi avec l’ARS et le ministère de la Santé. Six postes d’infirmières ont été publiés et la direction espère rouvrir le service dans la semaine.

"L’objectif, c’est de rouvrir la maternité comme elle était avant", affirme Jean-François Segovia, le directeur du Centre Hospitalier de l’Agglomération de Nevers. Depuis le lundi 11 avril, la maternité de l’hôpital, la dernière du département, a fermé ses portes suite à un grand nombre de sages-femmes en arrêt maladie pour épuisement professionnel. Leur effectif a été divisé par deux depuis le début du mois d’avril. 

Une réunion a eu lieu hier, le mardi 12 avril, entre la Direction du CHAN, l’Agence Régionale de Santé (ARS), le corps médical et les Organisations du personnel de l’établissement, les sages-femmes, et des représentants de l’Ordre des sages-femmes.

"On est en train de discuter avec elle. Ça se passe dans un climat constructif, de sérénité. On a trouvé quelques pistes de travail qu’il faut creuser, explique Jean-François Segovia. L’objectif, c’est de rouvrir la maternité comme elle était avant le plus vite possible. J’espère qu’on pourra trouver une solution cette semaine".

Une campagne de recrutement

Pour faire face à l’urgence, l’hôpital a publié six postes d’infirmiers en Maternité / Obstétrique. Selon la direction, l’objectif principal reste bien sûr de recruter des sages-femmes, mais les professionnels se font rares et le territoire n’attire pas.

"La difficulté, c’est de recruter de sages-femmes dans un département un peu sinistré en ce qui concerne la démographie médicale. Nevers n’est pas le seul endroit où c’est difficile de trouver des sages-femmes. C’est ce qu’on appelle le désert médical et ça touche la Nièvre et beaucoup d’autres endroits en France."

Plusieurs candidatures d'infirmiers (IDE) ont d'ores et déjà été reçues, dont certaines ont été validées, a d'ailleurs signalé le Centre Hospitalier. Mais ce sont les candidatures de sages-femmes qui manquent toujours à l'appel.

Selon le Journal du Centre, la sortie de crise pourrait avoir lieu la semaine prochaine. L'arrêt de travail des sages-femmes serait en effet effectif jusqu'à lundi 18 mars inclus. Un accord de principe a également été trouvé entre la direction et les sages-femmes, qui valide le renfort infirmier.

Un appel à la réserve sanitaire

De son côté, l’ARS a lancé un appel aux volontaires de la réserve sanitaire pour épauler les praticiens encore en service. L’ARS a également mobilisé l’appui du médiateur régional pour soutenir le dialogue avec le personnel, et permettre de retrouver, le plus rapidement possible, des conditions favorables pour l’accueil des familles comme pour le travail des professionnels.

La maternité continue de prendre en charge les urgences

Un accueil qui reste assuré pour les situations d’urgence. En effet, la direction de l’hôpital de Nevers rappelle que tous les rendez-vous de consultations d'obstétrique sont maintenus.

Ainsi, si une femme enceinte a des contractions, elle ne doit pas se rendre spontanément dans une autre maternité par ses propres moyens, mais se présenter à la maternité de Nevers. Un gynécologue évaluera sur place l’opportunité ou non d’un transfert. Si un transfert est envisageable, une maternité des départements voisins accueillera la patiente ; si l’accouchement est imminent, il se déroulera à la maternité de Nevers et le transfert se fera plus tard.

Les futures mamans sont priées de contacter la maternité de Nevers à ce numéro : 03 86 93 73 00.