• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Nièvre : des rescapés du déraillement sur la LGV Paris-Strasbourg témoignent

© France 3 Alsace
© France 3 Alsace

Le 14 novembre 2015, il y a un an jour pour jour, un TGV déraillait sur la ligne à grande vitesse Paris-Strasbourg. L’accident a fait 11 morts, dont un cadre de la SNCF originaire de la Nièvre. Ce jour-là, des membres de sa famille et des amis bourguignons étaient aussi à bord. 

Par France 3 Bourgogne

Une cérémonie sur les lieux, un an après


Les Rolland étaient présents à la cérémonie du souvenir qui a eu lieu lundi 14 novembre 2016, à Eckwersheim, à 20 km de Strasbourg. À cette occasion, ils ont découvert une "plaque mémorielle" et un aménagement paysager lors d'un moment de recueillement que les organisateurs avaient voulu "intime" sans la présence de la presse.

Cette famille nivernaise rescapée a rendu hommage aux 11 victimes de cet accident, dont le frère de Patrick Rolland, Alain Rolland. Cadre d'une filiale de la SNCF, ce dernier avait invité ses proches à participer à ce qui devait être un moment de fête. Voilà pourquoi les Rolland étaient à bord de ce TGV d'essai quand le drame est survenu.

Les autres membres de la famille ont été blessés à des degrés divers. Patrick et son épouse (qui est restée dans le coma pendant plus de deux semaines) n'ont pas encore repris le travail. Ils sont encore en train de se reconstruire.

Le rappel des faits


Le 14 novembre 2015 à 15H04, le TGV effectuait son dernier test sur le tronçon de la ligne à grande vitesse (LGV) Paris-Strasbourg.
Le train a déraillé à l'entrée de la courbe de raccordement de la ligne nouvelle avec la ligne classique, avant de percuter un pont sur la commune d'Eckwersheim, dans le Bas-Rhin. Cet accident, qui a fait 11 morts et 42 blessés, est le premier déraillement mortel dans l'histoire du TGV depuis sa mise en service en 1981.

Quelle est la cause du déraillement ?


L’enquête se poursuit. En février 2016, une note d'étape du Bureau d'enquêtes sur les accidents de transport terrestre (BEA-TT) a estimé que "la vitesse très excessive de la rame d'essai était la cause unique du déraillement" du TGV. Le train avait basculé dans le canal de la Marne au Rhin après avoir abordé une courbe à 265 km/h alors que la vitesse prescrite pour cet essai était de 176 km/h. Au point de déraillement, le train circulait à 243 km/h.

Depuis, un rapport d'étape de l'expertise judiciaire ordonnée par les juges est venu "conforter l'hypothèse d'une sur-vitesse et de manquements dans le processus de freinage", selon une source proche du dossier. Trois salariés de la SNCF et de l'une de ses filiales ont été mis en examen pour homicides involontaires.

Le reportage de Stéphane Robert, Solène Gripon et Patrick Jouanin

Nièvre : des rescapés du déraillement sur la LGV Paris-Strasbourg témoignent
Le 14 novembre 2015, un TGV déraillait sur la ligne à grande vitesse Paris-Strasbourg. L’accident a fait 11 morts, dont un cadre de la SCNF originaire de la Nièvre. Ce jour-là, sa famille et des amis originaires de la Nièvre étaient aussi à bord. Ils reviennent sur le drame, au lendemain de la mise en examen de trois salariés de la SNCF. Intervenant : Patrick Rolland, rescapé du drame  - Stéphane Robert, Solène Gripon et Patrick Jouanin

Intervenant : Patrick Rolland, rescapé du drame

A lire aussi

Sur le même sujet

Vacances studieuses sur les traces du patrimoine bisontin

Les + Lus