Présidentielle : Arnaud Montebourg annonce sa candidature lors d'un discours à Clamecy, dans la Nièvre

L'ancien ministre a choisi sa ville natale pour annoncer sa candidature à l'élection présidentielle de 2022. Il concourt avec le slogan "La Remontada de la France 2022-2027".

"J'ai décidé aujourd'hui de présenter aux Français ma candidature à la présidence de la République". C’est maintenant officiel. Arnaud Montebourg, ancien ministre de François Hollande, a annoncé sa candidature à la présidentielle de 2022, à 16 heures ce samedi 4 septembre. Le candidat a fait un discours devant des personnalités politiques et des journalistes rassemblés dans la salle des fêtes de Clamecy, dans la Nièvre, ville natale du candidat.

"Si je suis venu à Clamecy, 59 ans après ma naissance, c’est parce qu’il ne faut jamais oublier qui on est et d’où on vient", a déclaré Arnaud Montebourg, évoquant "la France des sous-préfectures, abîmée économiquement mais sans qui rien ne pourra se faire".

Je suis venu ici pour éviter à la France la douleur d'un deuxième quinquennat Macron ou le danger d'un premier quinquennat Le Pen.

Arnaud Montebourg

"La Remontada"

"2022 est peut-être notre dernière chance de sérieusement remonter notre pente", estime l'ancien socialiste, qui a choisi comme slogan "La Remontada de la France 2022-2027". "Plus personne aujourd'hui ne nie que la réindustrialisation doit devenir la première grande cause nationale pour redonner un avenir à la France".

Je suis venu proposer à nos compatriotes un projet à partager et à construire ensemble : la Remontada de la France en cinq ans.

Arnaud Montebourg

Dans la foulée de son annonce, le candidat a esquissé les grandes lignes de son projet : volonté de construire "une France sans pétrole", nationalisation des sociétés concessionnaires d'autoroutes, un "programme de retour à la terre" avec une accession facilitée à la propriété rurale, des recrutements et une augmentation du budget pour la police, ainsi qu'une refondation des pouvoirs du gouvernement pour "mettre fin au pouvoir placé dans la main d'un seul". 

Critique de la majorité

Le candidat a vivement critiqué la politique de la majorité et de l'exécutif, notamment "l'usage abusif de la violence" lors des manifestations de gilets jaunes, ansi que l'exercice du pouvoir "très personnel" d'Emmanuel Macron. Il est applaudi par son public. La sénatrice socialiste Laurence Rossignol, le sénateur Jérôme Durain, la députée socialiste Cécile Untermaier ainsi que Patrice Joly, sénateur et ancien président du Conseil départemental de la Nièvre, étaient au rendez-vous.

Ce n’est pas la première fois qu’Arnaud Montebourg se lance dans l’aventure présidentielle : il a été le candidat malheureux des primaires de gauche en 2011 et 2017. Deux échecs dont il tire aujourd’hui une leçon. Pour cette élection, il a décidé de concourir en indépendant, sans primaire pour lui barrer la route.

Arnaud Montebourg a été pendant 15 ans député de Saône-et-Loire, puis président du conseil général de Saône-et-Loire jusqu’en 2012. Cette même année, il rejoint le gouvernement comme ministre de l’Economie, du Redressement productif et du Numérique sous la présidence de François Hollande. Il quitte sa fonction en 2014. À partir de 2017, il se retire de la vie politique pour se lancer dans l'entrepreneuriat avec des entreprises de production et de vente de miel, d’amandes et de glaces biologiques.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique