• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Paray-le-Monial : une crèche est installée à la mairie malgré l'amende de l'an dernier

Une assiette en nacre représentant une crèche a été installée dans le hall d’accueil de l’hôtel de ville de Paray-le-Monial, en Saône-et-Loire. / © Damien Boutillet
Une assiette en nacre représentant une crèche a été installée dans le hall d’accueil de l’hôtel de ville de Paray-le-Monial, en Saône-et-Loire. / © Damien Boutillet

Une crèche a été installée dans le hall d'accueil de la mairie de Paray-le-Monial, en Saône-et-Loire. C’était déjà le cas pour les fêtes de Noël 2016 et la justice avait ordonné le retrait de l’objet cultuel.

Par B.L.

En 2016 déjà, Jean-Marc Nesme avait installé à la mairie une crèche fabriquée par des personnes handicapées de Bethléem, ville de Palestine jumelée avec Paray-le-Monial.

La Ligue des droits de l'homme avait demandé le retrait de l’objet cultuel et avait obtenu gain de cause. Le tribunal administratif de Dijon avait aussi condamné la commune à payer 1 000 euros. Le maire divers droite de Paray-le-Monial avait assuré qu'il paierait l'amende sur ses fonds personnels.
Par ailleurs, il attend toujours comparaitre devant la justice pour une deuxième plainte pour excès de pouvoir.

Tout cela ne l’empêche pas de renouveler son geste en 2017. Cette fois, c’est une crèche symbolisée par une assiette en nacre qui trône dans le hall d’accueil de l’hôtel de ville.

L’objet a été confectionné par des artisans palestiniens de Bethléem. "Elle m'avait été remise par le maire de Bethléem de l'époque à l'occasion du jumelage entre nos deux villes, signé en Palestine", précise Jean-Marc Nesme.


Une crèche a été installée dans le hall d'accueil de la mairie de Paray-le-Monial, en Saône-et-Loire. / © Damien Boutillet
Une crèche a été installée dans le hall d'accueil de la mairie de Paray-le-Monial, en Saône-et-Loire. / © Damien Boutillet



"Je suis récidiviste"


"Je suis récidiviste", dit-il. "Ça n'a pas été jugé sur le fond, donc il n’y a pas de raison que je ne sois pas cohérent avec moi-même et qu’en 2017 je n’installe pas une crèche à la mairie de Paray-le-Monial", ajoute le maire.
"C'est un signe que je donne à Bethléem, c’est un clin d’œil  que je donne aux Palestiniens et aux chrétiens d’Orient", précise-t-il.

Une attitude qui est vivement critiquée par le collectif Agir pour la Laïcité et les Valeurs Républicaines. "Aujourd’hui, on est dans une société avec de grandes tensions, notamment sur le fait religieux. Je trouve que c'est une décision inappropriée en ce moment", déclare Eric Binet, qui préside ce collectif.


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Yonne : François Hollande en visite à Avallon

Les + Lus