Présidentielle : les réactions des élus bourguignons après le débat de l'entre-deux-tours

Le débat de l'entre-deux-tours du 3 mai 2017 a largement alimenté les détournements en tout genre les réseaux sociaux. / © MAXPPP
Le débat de l'entre-deux-tours du 3 mai 2017 a largement alimenté les détournements en tout genre les réseaux sociaux. / © MAXPPP

Le débat précédant le second tour de la présidentielle, qui opposait le 3 mai Emmanuel Macron et Marine Le Pen, a marqué les élus bourguignons par l'hostilité incontrôlée dont ont fait preuve les deux présidentiables. Soutiens ou non de l'un des candidats, ils n'ont pas manqué de réagir sur Twitter.

Par Valentin Pasquier

Mercredi 3 mai, le traditionnel débat de l'entre-deux-tours de la présidentielle a surpris par son caractère peu conventionnel et son ton hostile. Cet échange d'invectives entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron a alimenté Twitter en détournements toute la soirée, mais a aussi donné des analyses sérieuses de la part d'élus, notamment bourguignons. Beaucoup estiment que le débat a manqué de dignité.

Les élus qui n'ont trouvé aucun candidat convaincant

Henri de Raincourt, sénateur Les Républicains de l'Yonne et ancien ministre, soutenait François Fillon pour la présidentielle. Contrairement à son candidat vaincu, il n'appelle pas à voter Emmanuel Macron contre le Front National. Suite au débat qu'il a jugé "graveleux", il ne se dit convaincu par aucun des candidats : "aucun des deux n'a la carrure," tranche l'élu.

Lui aussi regrette l'élimination de François Fillon au premier tour. Le maire LR de Chalon-sur-Saône Gilles Platret estime avoir assisté à un"débat de cours de récréation".

Même impression décevante du côté d'Alain Houpert. Le sénateur Les Républicains de Côte-d'Or regrette le manque d' "humanisme" de la discussion.


Ceux qui ont préféré Emmanuel Macron


La majorité des élus de Bourgogne soutenant le candidat d'En Marche! au second tour ont souligné le caractère essentiellement critique des interventions de Marine Le Pen. La candidate du Front National a préféré réagir aux annonces d'Emmanuel Macron plutôt que de développer ses propositions. C'est du moins ce que pense Jean-Baptiste Lemoyne, sénateur ex-Les Républicains de l'Yonne, devenu membre d'En Marche en mars.



Philippe Baumel, député socialiste de Saône-et-Loire et ex-soutien de Benoît Hamon, est du même avis. Il compare les intervention de Marine Le Pen à celles de Donald Trump pendant la campagne présidentielle américaine, donnant plutôt dans les attaques frontales et les pseudo-vérités.

Le "spectacle" qu'a offert Marine Le Pen lors de la confrontation télévisuelle reflète son action au Parlement européen, a quant à lui ajouté Arnaud Danjean. L'eurodéputé Les républicains et conseiller régional souligne la "grossièreté" et la "confusion" des propos de la candidate.
 




Cécile Untermaier, député socialiste de Saône-et-Loire, a elle aussi jugé Emmanuel Macron plus convaincant lors du débat.
 


Ceux qui appellent à voter pour Marine Le Pen


Pendant la soirée de débat, les supporters de la candidate frontiste ont été très présents sur les réseaux sociaux. À l'image de Sophie Montel, eurodéputée Front National, beaucoup ont repris les phrases prononcées par Marine le Pen face à son adversaire.

 

L'un des objectifs des attaques de Marine Le Pen fut de faire sortir Emmanuel Macron de ses gonds. Le candidat d'En marche ! est plutôt resté impassible, excepté le moment où il a qualifié la candidate de "parasite du système". Julien Odoul, conseiller régional FN de Bourgogne-Franche-Comté, n'a pas hésité à relever cet écart.

 

Sur le même sujet

Les + Lus