Chalon-sur-Saône : la nouvelle maison d'arrêt sera installée à Châtenoy-le-Royal

Illustration / © MaxPPP
Illustration / © MaxPPP

Le ministère de la Justice vient d'annoncer ce jeudi la localisation de la nouvelle maison d'arrêt qui doit être construite en Sâone-et-Loire. Elle sera installée à Châtenoy-le-Royal à quelques kilomètres de Chalon.

Par M. F.

L'annonce était attendue depuis le mois d'octobre dernier. Une nouvelle prison va bien s'installer à proximité de Chalon-sur-Saône. Cette maison d'arrêt de 500 places sera construite sur la commune de Châtenoy-le-Royal, à quelques kilomètres de Chalon. Le ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas vient de l'indiquer ce jeudi lors d'une conférence de presse.

"Le terrain proposé sur la commune de Châtenoy-le-Royal a été retenu pour accueillir une maison d’arrêt de 500 places. Ce site bénéficie particulièrement d’une très bonne desserte routière qui le rend très proche de Chalon-sur-Saône", précise le ministère de la Justice.

L'objectif du gouvernement est l'encellulement individuel. Selon les chiffres ministériels, le taux d’occupation des maisons d'arrêt était de 138,2 % pour l’Hexagone en 2016. Ces nouvelles ouvertes doivent permettre, selon le ministère de la Justice, de "redonner son sens à l'exécution de la peine de privation de liberté, d'améliorer la sécurité et les conditions de travail des personnels pénitentiaires, ainsi que la prise en charge des personnes détenues".

La région compte actuellement un centre de détention à Varennes-le-Grand en Saône-et-Loire (qui abrite aussi une maison d'arrêt) et 8 maisons d'arrêt à Auxerre (89), Belfort (90), Besançon (25), Dijon (21), Lons-le-Saunier (39), Nevers (58), Montbéliard (25) et Vesoul (70).

Ce programme ne concerne pas que la Bourgogne-Franche-Comté. 24 nouvelles implantations de prisons en France ont été annoncées par le ministère de la Justice ce jeudi.

Des élus chalonnais dénoncent une opération de communication

"Le ministère de la Justice s’adonne à une opération de communication électoraliste qui ne trompera personne", a indiqué le maire (LR) de Chalon-sur-Saône, Gilles Platret. "Les citoyens ne sont pas dupes de ces manœuvres de dernière minute."

Sébastien Martin, le président (LR) du Grand Chalon a réagi avec la même virulence. "J'ai toujours défendu l'idée d'une mutualisation sur le site de Varennes-le-Grand. Il me semble particulièrement incongru d'implanter un deuxième établissement pénitentiaire dans une agglomération comme la nôtre et ce d'autant plus à l'entrée de la Côte Chalonnaise." Il ajoute : "Cette annonce, à quelques semaines de l’élection présidentielle, ne trompe personne et sera sans doute sans lendemain."

© France 3 Bourgogne
© France 3 Bourgogne
Chalon-sur-Saône : la nouvelle maison d'arrêt sera installée à Châtenoy-le-Royal
Le ministre de la Justice vient d'annoncer ce jeudi la localisation de la nouvelle maison d'arrêt qui doit être construite en Sâone-et-Loire. Elle sera installée à Châtenoy-le-Royal à quelques kilomètres de Chalon. - France 3 Bourgogne - Anne BERGER, Gabriel TALON, Cécile FRÈREBEAU

Reportage : Anne BERGER, Gabriel TALON, Cécile FRÈREBEAU
Intervenants :
Jean-Jacques Urvoas, garde des Sceaux, ministre de la Justice
Marie Mercier, sénateur-maire de Châtenoy-le-Royal (LR)

Quelles différences entre une maison d'arrêt et un établissement pour peine ?

Les maisons d’arrêt reçoivent les prévenus en attente de leur procès, ainsi que les détenus condamnés à une peine d’emprisonnement inférieure à deux ans. Il s’agit du type d’établissement qui souffre le plus du surpeuplement carcéral (taux d’occupation moyen de 130 %).

Les établissements pour peines désignent les prisons qui reçoivent les condamnés à de longues peines d’au moins deux années. Ces établissements sont soumis à un numerus clausus, et le principe de l’encellulement individuel y est en conséquence respecté.

Ces établissement peuvent être des maisons centrales, qui reçoivent les détenus les plus dangereux. On trouve aussi des centres de détention réservés aux détenus qui présentent les meilleures perspectives de réinsertion sociale.  Enfin, il existe aussi des centres de semi-liberté destinés à accueillir des détenus bénéficiant d’un aménagement de peine. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Un troupeau de vaches laissé à l'abandon à Sain-Vit

Près de chez vous

Les + Lus