Chalon-sur-Sâone : le travail a repris à l’usine Verallia après le suicide d’un salarié

Publié le Mis à jour le
Écrit par B.L. avec Michel Gillot
L'usine Verralia de Chalon-sur-Saône fabrique des bouteilles et des pots en verre pour le secteur alimentaire
L'usine Verralia de Chalon-sur-Saône fabrique des bouteilles et des pots en verre pour le secteur alimentaire

Une semaine après le suicide d'un salarié de l'usine Verralia, à Chalon-sur-Saône, le personnel a décidé de reprendre le travail mardi 30 octobre 2018.
 

L'usine Verralia de Chalon-sur-Saône était à l'arrêt depuis mardi 23 octobre 2018.
La veille, un salarié - employé depuis 23 ans dans l’entreprise - avait mis fin à ses jours à son domicile. Les syndicats avaient alors fait valoir le droit de retrait.
Une décision que la direction trouvait injustifiée, car pour elle il n’y avait "pas de danger grave et imminent".
 Le reportage de Michel Gillot, Gabriel Talon et Eric Vial avec :
-Frédéric Dernicourt, directeur Verallia Chalon
-Philippe Girardot, délégué CGT Verallia Chalon
-Patrick Girard, secrétaire CGT  du CHSCT de Verallia Chalon


Après sept jours d’arrêt, les salariés ont décidé de reprendre le travail.
La décision a été prise à l'issue d'une assemblée générale qui s’est tenue ce mardi après-midi.

Des négociations devraient s’engager avec la direction centrale du groupe Verallia sur l’aménagement des fins de carrière.
Les syndicats souhaitent notamment la mise en place de procédures de reclassement en interne pour les salariés développant des pathologies liées à leur travail.

Le groupe Verallia fabrique des bouteilles et des pots en verre pour les boissons et les produits alimentaires.
Le site de Chalon-sur-Saône emploie environ 450 salariés, dont 200 avaient fait valoir leur droit de retrait après le suicide de leur collègue.
 




 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.