Saône-et-Loire : lits fermés, démissions, personnel épuisé… le centre hospitalier spécialisé de Sevrey en grève

Publié le
Écrit par Paul Abran
Le CHS de Sevrey en Saône-et-Loire
Le CHS de Sevrey en Saône-et-Loire © Damien Boutillet

Depuis mi-décembre, près de 10 % des lits d’hospitalisation pour adultes sont fermés faute de personnel. Épuisés par la crise sanitaire et les conditions de travail, les soignants ont suivi l’appel à la grève des syndicats mardi 11 janvier.

Le service n'a toujours pas rouvert. Mi-décembre, une unité de psychiatrie générale a fermé. 25 lits en moins sur les 284 que compte le centre hospitalier de Sevrey, spécialisé dans la prise en charge des troubles de santé mentale. Près d’un mois plus tard, l’établissement ne bénéficie toujours pas assez de soignants pour accueillir des patients dans cette unité d’hospitalisation pour adultes. « La situation ne s’améliore pas. On observe une grande lassitude des personnels », souffle Pierre Du Mortier, secrétaire du syndicat CGT de l’hôpital. 

5 démissions depuis décembre 

Près de 10 % des lits sont ainsi fermés. À cela, s’ajoutent les démissions, cinq au total depuis décembre selon le syndicaliste. "Trois psychologues fin décembre et début janvier, et maintenant deux médecins. Et ce ne sont pas des séniors ! Ce n’est pas rassurant", poursuit Pierre Du Mortier, lui-même psychologue. En cause, les conditions de travail au sein de l’hôpital. Les professionnels de santé contestent de devoir suivre de plus en plus de patients en un temps record. "Ce n’est pas ça la psychiatrie, regrette le syndicaliste. Le travail est trop bureaucratisé, on doit suivre de protocoles, signer des centaines de certificats alors que la priorité, c’est le patient."

Les internes de moins en moins intéressés par la psychiatrie

Arrêts maladies, personnels épuisés… La pandémie du Covid-19 a compliqué la gestion de l’établissement. D’autant plus que la psychiatrie intéresse moins les étudiants en médecine. "Il faut se poser des questions sur l’attractivité de cette spécialité", s’inquiète Pierre Du Mortier. Ce dernier rappelle que deux tiers des internes de la région réalisent leurs stages en Côte-d’Or et le dernier tiers dans les trois autres départements bourguignons. Résultat, "les jeunes ne vont pas s’installer à Sevrey. Les quelques internes en psychiatrie vont à Dijon où à la Chartreuse", conclut le psychologue. 

De son côté, la direction du CHS aurait décidé fin décembre d’embaucher les infirmiers directement en CDI et plus seulement en CDD. Mais l’hôpital peine toutefois à recruter. Les syndicats évoquent une "crise des vocations". Ce mardi 11 janvier, ils ont appelé tous les soignants et personnels de l’établissement à faire grève. Une manifestation était prévue dans l’après-midi à Chalon-sur-Saône. Contactée, la direction n'était pas disponible pour répondre à nos questions. 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.