Célestin, le chanteur rêveur et citoyen

Publié le

Célestin a la tête dans les étoiles et la guitare à la main. Ce double malicieux du clunisien Sébastien Rambaud chante ses amours et ses colères avec une fantaisie charmante.

Célestin est un sacré olibrius. Tombé de la Lune au son des clochettes, vêtu d’une veste rose et d’une chemise hawaïenne, ce personnage décalé chante avec humour ce que Sébastien Rambaud ne pouvait pas dire lorsqu’il était batteur.

Depuis 4 ans, ce musicien aguerri, qui a grandi dans le Clunisois, cisèle des chansons en français qui parlent d’écologie, d’amour et de citoyenneté avec une pointe de fantaisie. Un style difficile à définir de l'aveu-même de Sébastien Rambaud.

Je dirais que je fais une musique céleste, humoristique et amoristique.

Célestin, auteur-compositeur

Désuet et charmant

Baptisé en hommage aux étoiles (céleste), le personnage de Célestin paraît décalé. Sébastien avoue :  "Il a encore plus la tête dans les étoiles que moi et il est un peu désuet."

Les textes écrits au cordeau de Célestin-Sébastien s'inscrivent dans la grande tradition des auteurs-compositeurs-interprètes francophones : "Je dois avouer que j’aime autant Orelsan, Lomepal, MC Solaar que Georges Brassens…"  

Entre poésie et jeux de mots, on sent poindre ses engagements sur les questions écologiques dans la chanson Changer, ou ses colères dans Destitution. Ces deux chansons sont extraites de son premier album Poussière de luxe sorti en février 2021. 

Même camouflé derrière son costume de fantaisiste, l’artiste se découvre davantage dans ce projet que dans tout autre.

J’essaie de mettre dans Célestin l’amour que je ressens pour les choses, les gens, la vie, la musique, sans filtre. C’est très dur. On n’est pas habitué dans notre société.

Sébastien Rambaud, auteur-compositeur-interprète

Si vous aimiez Aldebert avant vos enfants et que les chansons de Boris Vian vous enchantent, Célestin trouvera aisément une place dans votre discothèque.

Un projet à emporter partout

Sébastien Rambaud est aujourd'hui installé à Charnay-lès-Mâcon, en Saône-et-Loire, mais voyage beaucoup. Célestin répond à un besoin de liberté car ce multi-instrumentiste fait tout sur ce projet, « auteur, compositeur, interprète et même chauffeur ». Il a d’ailleurs enregistré son deuxième album prévu pour le printemps tout seul, confinement oblige. Les morceaux joués pour #studio3 "Que votre année soit bonne" et "Miss Lune" en sont extrait. 

Sur scène, Célestin se produit seul avec guitare, clochette et machines mais il peut aussi être accompagné d'un contrebassiste -comme son ami d'enfance Benoît Averty sur le plateau de #studio3- un quatuor ou un petit orchestre : « C’est ce qui me plaît dans ce projet. C’est très souple, en fonction des salles, des disponibilités de chacun."

Cela s'est révélé un avantage incomparable pendant cette dernière année, avec l’épidémie de Covid. 

J’ai beaucoup joué en appartement ou en jardin, chez des particuliers. C’est magique.

Célestin, chanteur

Fills Monkey

Sébastien Rambaud a commencé baguettes à la main, en retrait, avant de connaître la notoriété au sein du duo qu’il forme avec Yann Coste dans les Fills Monkey. Ces percussionnistes, vêtus en noir et blanc, parcourent les scènes du monde entier, de Montréal à Londres depuis 10 ans, grâce à leur spectacle sans paroles, tout en rythme, en lumière et en mimes.

Célestin semble être l’autre face d’une même pièce. Le projet qui a remis du rose aux joues et des paroles sur les portées avec toujours un brin de fantaisie.

« C’est comme deux univers que j’ai bâtis de A à Z, à ma mesure. Ce sont comme deux pièces de ma maison.

Célestin, chanteur

Un univers accueillant que Sébastien Rambaud, alias Célestin, vous invite à découvrir le 29 janvier 2022 sur ses terres de Saône-et-Loire au théâtre Les Arts de Cluny. Il sera accompagné du contrebassiste Thierry Tonelli alias Augustin.     

#studio3: Célestin, le chanteur rêveur et citoyen ©France 3 Bourgogne

▶ Découvrez d'autres artistes sur le plateau d'#studio3

  • Mise en images : Cyrille Fouquin
  • Techniciens vidéo : Vincent Chapuis et David Juillet
  • Son : Gilles Parnalland et Nicolas Tupinier
  • Lumières : Hervé Coeffet
  • Cadreurs : Jean-Christophe Leduc et Florian Thibert
  • Scripte : Clémentine Vuagnoux
  • Infographie : Patrick Genevois
  • Montage : Guy Marlier
  • Journaliste : Tiphaine Pfeiffer