Mâcon : Antoine Griezmann interpelle le ministre de l'Intérieur sur une affaire de violences policières

"J'ai mal à ma France", a tweeté jeudi 26 novembre le footballeur Antoine Griezmann en nommant Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur, après la diffusion d'une vidéo choquante, montrant le passage à tabac d'un homme noir par des policiers à Paris. 
Antoine Griezmann s'est indigné de la vidéo montrant des violences policières à Paris
Antoine Griezmann s'est indigné de la vidéo montrant des violences policières à Paris © Capture d'écran Twitter
La vidéo montrant des actes de violences perpetrés par des policiers sur un homme noir dans le XVIIe arrondissement de Paris, diffusée par le media en ligne Loopsider, jeudi 26 novembre, a fait réagir de nombreuses personnalités politiques et publiques.

Et notamment, le plus célèbre des Macônnais, Antoine Griezmann, peu connu pour ses engagements politiques jusque-là. Il a fait part de son incompréhension vis-à-vis de ces images : "j'ai mal à ma France", a tweeté le footballeur champion du monde 2018 en interpellant le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin. La journaliste, Anne-Sophie Lapix, sur le plateau du journal de 20h de France 2, jeudi 26 novembre, a tenté de faire réagir le ministre, invité du journal, sur la demande du footballeur. "Que lui répondez-vous ?", a interrogé la journaliste après avoir cité le tweet d'Antoine Griezmann. Le ministre n'a pas répondu à la question.

80 000 "likes" sur le tweet d'Antoine Griezmann


Au contraire, son message a fait réagir les internautes, à la hauteur de la stature du sportif barcelonais, connu mondialement : 80 000 personnes ont "liké" son tweet, un chiffre inhabituellement haut même pour celui qui est suivi par 7 millions d'abonnés sur le réseau social américain.

L'autre star du football français, Kylian Mbappé, a également tenu à faire part de son indignation sur les réseaux sociaux en citant des paroles de la chanson "Ma France à moi" de Diam's. La vidéo de ces violences a été vue plus de 11 millions de fois ; la prise de parole de ces footballeurs à l'aura internationale semble faire passer un nouveau stade médiatique à cette nouvelle affaire de violences policières.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
antoine griezmann football sport politique