Mâcon : Antoine Griezmann interpelle le ministre de l'Intérieur sur une affaire de violences policières

Publié le Mis à jour le
Écrit par Martin Fort

"J'ai mal à ma France", a tweeté jeudi 26 novembre le footballeur Antoine Griezmann en nommant Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur, après la diffusion d'une vidéo choquante, montrant le passage à tabac d'un homme noir par des policiers à Paris. 

La vidéo montrant des actes de violences perpetrés par des policiers sur un homme noir dans le XVIIe arrondissement de Paris, diffusée par le media en ligne Loopsider, jeudi 26 novembre, a fait réagir de nombreuses personnalités politiques et publiques.

Et notamment, le plus célèbre des Macônnais, Antoine Griezmann, peu connu pour ses engagements politiques jusque-là. Il a fait part de son incompréhension vis-à-vis de ces images : "j'ai mal à ma France", a tweeté le footballeur champion du monde 2018 en interpellant le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin. La journaliste, Anne-Sophie Lapix, sur le plateau du journal de 20h de France 2, jeudi 26 novembre, a tenté de faire réagir le ministre, invité du journal, sur la demande du footballeur. "Que lui répondez-vous ?", a interrogé la journaliste après avoir cité le tweet d'Antoine Griezmann. Le ministre n'a pas répondu à la question.

80 000 "likes" sur le tweet d'Antoine Griezmann


Au contraire, son message a fait réagir les internautes, à la hauteur de la stature du sportif barcelonais, connu mondialement : 80 000 personnes ont "liké" son tweet, un chiffre inhabituellement haut même pour celui qui est suivi par 7 millions d'abonnés sur le réseau social américain.

L'autre star du football français, Kylian Mbappé, a également tenu à faire part de son indignation sur les réseaux sociaux en citant des paroles de la chanson "Ma France à moi" de Diam's. La vidéo de ces violences a été vue plus de 11 millions de fois ; la prise de parole de ces footballeurs à l'aura internationale semble faire passer un nouveau stade médiatique à cette nouvelle affaire de violences policières.