Tennis : à bientôt 87 ans, Monique joue toujours en compétition !

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sophie Courageot avec Catherine Schulbaum

À Morteau dans le Haut-Doubs, Monique Bobillier est rentrée cet automne des îles Baléares avec une médaille aux championnats du monde des super seniors plus de 85 ans en simple. Son secret, l’amour du tennis... et une pêche d’enfer.

Dans sa maison où elle nous reçoit, l’œil de Monique Bobillier pétille quand elle ouvre l’album de sa carrière. Cette commerçante tenait un magasin de sport dans le Haut-Doubs. Elle commence le tennis à l’âge de 40 ans seulement. “Je n’avais jamais touché une raquette. Et ça m’a plu” raconte-t-elle humblement.

Je n’étais pas particulièrement douée, alors j’ai pris des courts, j’ai fait des stages.

Monique Bobillier

Au fil des ans, Monique la gauchère va enchaîner les compétitions, et même jouer sur le court central de Roland Garros ou le court Suzanne Lenglen. Chez elle, de nombreuses coupes occupent les rayons d’une chambre, les accréditations conservées précieusement retracent son parcours de championne, peu importe l’âge. En 2010, elle atteint le 4e rang mondial de sa catégorie.

Des étirements et deux entraînements d' 1h30 par semaine

Pour maintenir la forme, Monique joue deux fois par semaine. Contre des messieurs la plupart du temps, qu'on se le dise ! À la maison, cette sportive conserve la forme avec des étirements. Et peu importe si elle a deux prothèses de hanche ! Le tennis permet à Monique et son sportif de mari de voyager, de la Turquie en Ukraine, le temps des compétitions. À 86 ans, elle conserve une forme incroyable. “Même si à cet âge, on ne peut pas jouer sans douleur, ce n'est pas possible, mais le plaisir de jouer est le plus fort” confie Monique, dont le point fort est le coup droit !

Monique a pris une professeure pour animer et suivre ses entraînements. “Le tennis au niveau des articulations, c’est compliqué. Monique a une vraie vie de sportive, elle s'entraîne deux fois par semaine. Pour son âge, elle n’est jamais blessée, c’est vraiment bien, elle est incroyable” se félicite Marie Saucony.

Elle est passionnée, elle a toujours une volonté de progresser, de faire évoluer son tennis, notamment pour gêner au filet chercher ses adversaires !

Marie Saucony, professeure de tennis

Pour Monique, pas question de demander aux médecins si elle peut encore continuer à jouer, elle fonce. Parce qu’elle a encore une volée à travailler, et que l’heure n’est pas venue de raccrocher cette passion.

La doyenne des joueuses de tennis a 100 ans... et c’est une Française

Monique Bobillier n'est pas l'unique femme à avoir conserver la pratique du tennis malgré les années. La Landaise Hélène Salvetat est la doyenne du tennis mondial. Toujours en forme, elle continue à jouer deux fois par semaine sur les courts du club de tennis de Tartas et elle n'a pas l'intention de s'arrêter. "J’espère jouer jusqu’à ma mort” confiait-elle dernièrement à France Aquitaine.

Et si courir après la petite balle jaune était le secret de la longévité pour ces deux reines des courts ?...