Belfort : jeune musulman agressé, sa mère, policière, témoigne

Un jeune musulman, a été agressé par d'autres jeunes musulmans parce qu'il avait fêté Noël et qu'il est fils de policier. Sa mère, policière au commissariat de Mulhouse, témoigne. Elle dit son incompréhension, sa révolte et aussi son inquiétude pour les enfants des forces de l'ordre.

Belfort, la maman d'Ilham, agressé pour avoir fêter Noël et être fils de policiers, témoigne de sa colère et de son inquiétude
Belfort, la maman d'Ilham, agressé pour avoir fêter Noël et être fils de policiers, témoigne de sa colère et de son inquiétude © Anthony Halpern France Télévisions

La maman raconte qu'elle aura toujours cette image dans la tête : "Quand il est rentré, il était ensanglanté et en pleurs." Les parents du jeune homme sont tous deux policiers. Jeune musulman, il a été agressé parce qu'il a posté une photo d'un repas de Noël, avec des huîtres et des crevettes, et parce qu'il est fils de policiers. 

Il est tombé dans un "véritable guet-apens" raconte sa mère, Ilham. Son fils avait simplement donné rendez-vous à celui qui l'insultait sur les réseaux sociaux "pour s'expliquer". En fait, sur le parking, 4 personnes l'attendaient et l'ont roué de coups alors qu'il était tombé au sol. Il souffre de nombreuses hématomes mais c'est surtout psychologiquement qu'il est très atteint.

L’auteur des messages violents sur le Snapchat est un jeune que la victime a connu comme coéquipier au club de foot de Bavilliers par le passé. mais il ne connaissait pas les autres agresseurs présumés.

La famille a vécu 5 ans dans le quartier du Mont, où a eu lieu l'agression, avant de déménager en juillet.

L'enquête de la police a permis l'arrestation des 4 personnes impliquées, dont le principal protagoniste qui est aujourd'hui, dimanche 27 décembre, en garde à vue au commissariat de Belfort.

 

Voici le témoignage de la maman :

Belfort : jeune musulman agressé, sa mère, policière, témoigne

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers religion société police sécurité justice