"Garde tes larmes" nous clame PIHPOH, le rappeur de Belfort, dans son dernier clip avec le chanteur Gaël Faye à ses côtés

Publié le Mis à jour le

Nouveau single extrait du mini album "Césure", le clip de "Garde tes Larmes" est sorti ce mercredi. Gaël Faye et PIHPOH, c'est le duo qu'il nous faut dans cette période autotestée.

"Sortir de sa zone de confort, plus rien maîtriser. Être heureux, c'est se sentir léger. Garde tes larmes, pour pleurer de rire. Garde-les", nous chante PihPoh dans ce morceau qui coche une fois de plus toutes les bonnes habitudes du garçon : texte au cordeau qui glisse sur des boucles de guitare. Le refrain qui tape doucement là où ça fait du bien. 

Et puis, au bout d'une minute, c'est la douce voix de Gaël Faye qui prend le relais, pour nous convaincre de les garder, ces larmes.  

Sur la route de la quarantaine (même s'il n'en a que 35 pour l'instant), Pierre Enderlen a la même rage de réussir qu'à la vingtaine, quand il a commencé à jouer du PIHPOH. Et le rappeur collectionne les collaborations stylées comme d'autres les PV.

Après avoir accroché et approché IAM, André Manoukian, les ayant-droit d'Aznavour (on n'a toujours pas oublié sa version de "Je m'voyais déjà) ou encore Claudio Capéo, c'est cette fois  le chanteur franco-rwandais Gaël Faye qui pousse la chanson à ses côtés.

Réalisé (comme à chaque fois) par le vidéaste Célestin Soum, le clip a été tourné en décembre, à la Vapeur de Dijon, avant le concert de Gaël Faye dont PIHPOH assurait la première partie.

Deux chanteurs qui se sont souvent croisés avant de s'unir

"Avec Gaël, cela fait longtemps qu'on se connaît, depuis l'époque de Milk Coffee and Sugar", nous explique Pierre, dans le taxi parisien qui l'emmène travailler des titres en studio avec un artiste français, "mais je n'ai pas le droit d'en parler pour l'instant". 

Avant d'être solo, c'est avec ce groupe de hip-hop et de slam que Gaël Faye s'est fait connaître et a montré ses talents de chanteur. Et c'est à cette époque que le parisien et le belfortain ont sympathisé, partagé des scènes, des discussions, avant qu'une rencontre inopinée il y a un an ne change la donne.

"C'était du côté du 3ème arrondissement, à Paris. Dans un café. Vraiment le pur hasard", se souvient PIHPOH. "Je tournais le clip "Laissez passer" avec Chiloo. On avait notre van de garé avec tout le matériel et on se relayait au café pour éviter les amendes de stationnement. Mais ça, tu ne le marqueras pas dans ton papier, hein ? C'était mon tour de garde, et Gaël rentre dans le bar. On a commencé par parler de tout et de rien. Il commençait l'enregistrement de "Lundi Méchant" son futur album. Je terminais mon EP. Et je lui ai dit que je pensais qu'un de mes titres pourrait lui parler."

Il y a cette punchline : "garde tes larmes pour pleurer de rire". Ce son de cuica si caractéristique (un tambour brésilien) et ces boucles instrumentales de guitares. Des sonorités qui collent bien à l'univers musical de Gaël Faye. 

Le lendemain, le chanteur parisien rappelle PIHPOH. Il a écouté le morceau et est partant pour un duo. "Je lui alors alors dit que le deuxième couplet était le sien. J'avais commencé par écrire un truc, mais c'est Gaël qui a entièrement écrit sa partie. Je suis tellement heureux du résultat !"

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par PIHPOH (@pihpoh_music)

"Garde tes Larmes" est le titre de l'album le plus streamé. Un booster de plus pour PIHPOH. Le belfortain est actuellement occupé à écrire et composer pour différents artistes français. Mais avec ses musiciens, Pierre Michelet et Arnaud  Krivaneck, il s'attèle déjà à l'écriture de nouveaux morceaux pour un futur album. PIHPOH est désormais signé sur le label Wouldi Prod, avec un autre belfortain à sa tête, Selim Bousbaine.

Petit à petit, titres après titres, PIHPOH prend de la place. Tout vient à point, comme dirait l'autre. Pierre, c'est finalement le rappeur qui a la tête bien à l'endroit, lui dont le nom de scène est à l'envers.