GE à Belfort : " C'est une affaire de semaines, j'y travaille !" affirme Emmanuel Macron à Marie-Guite Dufay

Marie-Guite Dufay, présidente socialiste de la région Bourgogne - Franche-Comté, a rencontré Emmanuel Macron au Creusot : le président de la République lui a déclaré que "General Electric fait l'objet de toutes ses attentions et c'est une affaire de semaines !". 
Une séance de questions-réponses a eu lieu avec les acteurs du nucléaire, aujourd'hui, mardi 7 décembre au Creusot
Une séance de questions-réponses a eu lieu avec les acteurs du nucléaire, aujourd'hui, mardi 7 décembre au Creusot © Pool France Télévisions
Marie-Guite Dufay, présidente PS du conseil régional de Bourgogne - Franche-Comté, a écrit au président de la République pour lui faire part de son mécontentement à propos de la non-action de lui-même et du gouvernement face au "démantèlement"  du site de Belfort par General Electric. L'entreprise américaine a déjà supprimé 568 emplois et s'apprête à en faire disparaître 240 supplémentaires.

Aujourd'hui, mardi 7 décembre, Emmanuel Macron était au Creusot, en Saône-et-Loire chez Framatome pour parler du nucléaire civil et militaire. Marie-Guite Dufay a pu discuter avec lui quelques instants de la situation de GE à Belfort.

Voici les propos de Marie-Guite Dufay qui relate cette courte entrevue : "Il n'était pas au Creusot pour parler de General Electric mais il m'a dit qu'il avait bien reçu mon courrier. Il m'a dit également que GE faisait l'objet de toutes ses attentions. Si l'Etat n'a pas encore pris la parole publiquement, c'est qu'il veut aller jusqu'au bout de ce dossier complexe. En effet, il y est question de gaz, de nucléaire, d'hydrogène. Plusieurs éléments sont en jeu, notamment des investissements publics et privés. Il m'a dit également que les premiers mots de son discours s'adressaient aussi aux salariés de GE qui se battent pour une excellente cause, défendre la terre industrielle de Belfort. Il m'a assuré que c'est une affaire de semaines. Il a bien insisté, une affaire de semaines et pas de mois ! Il y travaille !"

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
general electric économie entreprises