Législative partielle du Territoire de Belfort : une participation en forte baisse au premier tour

Publié le Mis à jour le
Écrit par Raoul Advocat
Les candidats pour la législative partielle pour la 1ère circonscription du Territoire de Belfort, du haut à gauche : C. Grudler, I. Boucard, JR Sandri, A. Beltran, A. Courty et S. Montel
Les candidats pour la législative partielle pour la 1ère circonscription du Territoire de Belfort, du haut à gauche : C. Grudler, I. Boucard, JR Sandri, A. Beltran, A. Courty et S. Montel © Montage réalisé avec fotor

Le premier tour de la législative partielle du Territoire de Belfort ne semble pas attirer les électeurs. A midi, le taux de participation était en forte baisse par rapport au premier tour de juin 2017.

A peine 8,5 % de taux de participation, à midi, dans le principal bureau de vote de la première circonscription du Territoire de Belfort. C'est à peine la moitié du taux enregistré à la même heure, au premier tour des législatives, en juin 2017. La tendance semble donc bien être celle du désintérêt des électeurs pour cette élection.

Invalidation pour faux tracts


Suite à l’invalidation par le conseil constitutionnel de l’élection de Ian Boucard (LR), les électeurs de la première circonscription du Territoire de Belfort se choisissent un nouveau député, ces dimanches 28 janvier et 4 février.

Le conseil constitutionnel avait invalidé l'élection législative parce que l’équipe du vainqueur, Ian Boucard, avait distribué entre les deux tours de faux tracts de la France Insoumise et du Front national. Ces faux tracts incitaient les électeurs à se porter sur la candidature de ce fidèle du maire de Belfort, Damien Meslot.

Le MoDem Christophe Grudler, soutenu par la République en Marche, avait saisi le conseil constitutionnel après sa défaite.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.