Tour de France 2017: les Bourguignons et les Francs-Comtois sont dans la place!

Bienvenue à la 8e étape du Tour de France aux Rousses où des Bourguignons et Francs-Comtois représentent fidèlement leurs régions. / © Alexis Perché
Bienvenue à la 8e étape du Tour de France aux Rousses où des Bourguignons et Francs-Comtois représentent fidèlement leurs régions. / © Alexis Perché

Cette année, le Tour de France 2017 est passé par la Bourgogne - Franche-Comté et la région restera présente tout au long de la Boucle grâce à des membres de l'équipe du Tour qui en sont originaires. Ils apportent leur bonne humeur et leur amour pour leur terre natale. Portraits.

Par Alexis Perché

Thomas Petrement, le retour aux sources

Thomas Petrement est nuiton et suit la Team Carrefour sur les 21 étapes du Tour de France 2017. / © Alexis Perché
Thomas Petrement est nuiton et suit la Team Carrefour sur les 21 étapes du Tour de France 2017. / © Alexis Perché

C’est son premier Tour de France. A 21 ans, Thomas Petrement s’est battu pour intégrer l’équipe et pour partir vadrouiller avec les cyclistes. Ce rugbyman nuiton travaille avec l’équipe Carrefour aux côtés de 18 autres jeunes gens originaires de toutes les régions de France. Le sport, c’est son dada. Après une licence STAPS parcours "entraînement sportif", obtenue à Dijon, il intégrera une école de management du sport à Paris en Septembre 2017.

Thomas a la bougeotte : il reste très attaché à sa région mais il rêve de voyage et de découverte. C'est donc une aubaine pour lui de voyager avec le Tour ! « C’est une super aventure, on découvre plein de choses, de cultures différentes. C’est comme une nouvelle famille.» Parti pour voyager, il se retrouve dans sa ville natale pour la 7e étape. L’occasion pour lui de voir ses parents et ses vieux amis du rugby. « Je peux apporter à mon équipe l’amour de la Bourgogne, du vin, et des produits locaux. »

Le seul hic avec son équipe ? Son accent prononcé. « Au début, on ne comprenait rien quand il parlait mais on a fini par s’habituer !», s’amuse sa collègue Amandine Rémy. Une chose est sûre, la convivialité des Bourguignons n’est plus à prouver : « Thomas est le boute-en-train de l’équipe. Quand c’est un peu tendu, il a toujours une blague à raconter, il ne se prend pas la tête. C’est sûrement son côté bourguignon qui ressort ! »

Clara Guitard, la bonne patriote

Clara Guitard, 24 ans, originaire de Mâcon en Bourgogne, organise le grand prix Saint Michel des communes gourmande, elle est présente sur toutes les étapes de la Grande boucle. / © Alexis Perché
Clara Guitard, 24 ans, originaire de Mâcon en Bourgogne, organise le grand prix Saint Michel des communes gourmande, elle est présente sur toutes les étapes de la Grande boucle. / © Alexis Perché

Avec son petit tupperware rempli de madeleines et son T-shirt rose St-Michel, Clara Guitard, jeune macônnaise de 24 ans, ne passe pas inaperçue. Elle ne pose pourtant pas sur la caravane publicitaire mais agit dans l’ombre pour promouvoir la gourmandise dans les villes étapes du Tour de France.

« Je m’occupe du grand prix Saint-Michel des communes gourmandes. Chaque étape française - seize communes de moins de 2000 habitants ont été sélectionnées - passe un concours culinaire et doit réaliser des madeleines sur le thème du goûter. Ces madeleines sont réalisées par les habitants », explique la Bourguignonne originaire de Berzé.

Energique et souriante, elle habite aujourd’hui Paris et travaille comme coordinatrice à Saint-Michel dans l’événementiel. Elle prépare le Tour de France depuis plusieurs mois et tente de développer ce concours. « Je suis pour la Bourgogne et la Franche-Comté bien-sûr, en bonne patriote !», s’amuse-t-elle.

Chaque jour, elle illumine le quotidien de ses collègues. Cédric Laurent travaille avec Clara depuis trois mois. A Paris, ils ont préparé le Tour de France ensemble. « Le Tour ça rapproche, on vit ensemble H24 donc il vaut mieux bien s’entendre et là, ça tombe bien parce que c’est le cas ! Elle est toujours souriante et de bonne humeur malgré son sens de l’orientation assez douteux ! », confie-t-il.
 

Gilles Pauchard, l'amoureux du cyclisme

Gilles Pauchard, 49 ans, originaire d’Autun en Saône-et-Loire en est à son 10e Tour de France.
Gilles Pauchard, 49 ans, originaire d’Autun en Saône-et-Loire en est à son 10e Tour de France.

A 49 ans, Gilles Pauchard, originaire d’Autun en Saône-et-Loire, en est à son 10ème Tour de France. Cette année, il est représentant pour Vittel. Il accueille les invités de la marque et répond à toutes leurs questions.
Il faut dire que le Bourguignon est bien placé pour parler de cyclisme. Coureur en haut niveau pendant onze ans jusqu’en 1997, il est aujourd’hui directeur sportif d’équipes professionnelles cyclistes à Lyon où il habite depuis quelques années.

« C’est une grande famille. Ici, on retrouve tous les acteurs du cyclisme, aussi bien les coureurs que les personnes qui organisent et qui font en sorte que tout se déroule bien, on est entre copains ! », raconte-t-il avec un accent bourguignon prononcé très reconnaissable.

Toujours très attaché à la Bourgogne où vivent encore sa famille et ses amis, il se réjouit de pouvoir y passer ne serait-ce qu’une journée à Nuits-Saint-Georges pour la 8e étape de la course. « Aussi longtemps que je pourrais, je travaillerai dans le vélo et je ferai le Tour de France, le vélo et moi, c’est une histoire d’amour. »


Alizée Dannier, le vélo, une histoire de famille

Alizée Dannier, Franc-Comtoise de 21 ans, travaille pour le Tour de France en tant qu'hôtesse protocolaire à Antargaz. / © Alexis Perché
Alizée Dannier, Franc-Comtoise de 21 ans, travaille pour le Tour de France en tant qu'hôtesse protocolaire à Antargaz. / © Alexis Perché

« Quand on est arrivé, j’ai vu le panneau "Bienvenue en Franche-Comté", j’ai hurlé, c’est chez moi ! », raconte Alizée Dannier, 21 ans, hôtesse protocolaire pour Antargaz sur le Tour de France.

Pour elle, le vélo, c'est une histoire de famille. Son père et son grand-père sont cyclistes et sa sœur aînée l’accompagne sur le Tour avec l’équipe Vittel. C’est donc un rêve qui se réalise pour cette ancienne Miss Franche-Comté amoureuse de cyclisme.

«Tous les matins, je me lève ravie ! C’est magique... Encore mieux que ce que j’imaginais ! » La Bisontine habite à Pelouzey dans le Doubs. Elle est partie depuis une semaine, et sa région lui manque déjà.

« On voit plein de choses on découvre de superbes paysages, mais on n’est jamais mieux qu’ici », affirme-t-elle.
Etudiante, elle vient d’avoir son DUT de gestion des entreprises et des administrations mais ne sait pas de quoi l’avenir sera fait. « Je suis quelqu’un qui vit au jour le jour, je saisis toutes les opportunités et je ne veux pas suivre un chemin tout tracé. »
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Municipales : François Rebsamen annoncera sa candidature à sa propre succession après Noël

Les + Lus