"Trump n’est même pas capable de partir dignement" : aux USA, les Comtois suspendus aux résultats du duel Biden-Trump

Romain et Fanny vivent aux USA. Depuis mardi 3 novembre, ils sont suspendus au nom du futur locataire de la Maison Blanche, toujours pas rendu officiel trois jours après l'élection présidentielle américaine. Témoignages.
Romain Monnoyeur (à droite) tient avec plusieurs Français un restaurant à Kansas City.
Romain Monnoyeur (à droite) tient avec plusieurs Français un restaurant à Kansas City. © Romain Monnoyeur

Romain tient un restaurant français au Kansas, un état qui vote Trump

Romain Monnoyeur vit depuis 5 ans dans le Missouri. Ce Lédonien d’origine s’est installé aux USA après y avoir fait l’école hôtelière de Poligny. Il a ouvert un restaurant français à Kansas City. Trois autres Français l’ont rejoint dans cette aventure.

“Je rentre d’Arkansas où j’ai passé quelques jours. Quand on se déplace, on voit les maisons des Américains qui affichent leur soutien pour Trump ou Biden, on voit que les gens sont divisés. Les gens sont stressés de savoir ce qu’il va se passer dans les prochaines heures” explique le Jurassien.
© Romain Monnoyeur

Biden ou Trump, un résultat qui se fait attendre... attendre

Car depuis mardi 3 novembre, où les électeurs américains ont voté pour la présidentielle, on ne connaît toujours pas le nom du nouveau président. 
Ce vendredi 6 novembre, les Américains ont les yeux rivés sur la Pennsylvanie, qui pourrait mettre fin au suspense. Si Joe Biden, l'ancien vice-président de Barack Obama remporte cet état industriel, il deviendra le 46e président américain. Les 20 grands électeurs de cet état lui permettraient en effet de franchir le seuil "magique" de 270 --la majorité du collège électoral qui le propulserait à la Maison Blanche et ferait de Donald Trump le président d'un seul mandat.
 
Romain Monnoyeur, originaire du Jura vit depuis 5 ans aux USA.
Romain Monnoyeur, originaire du Jura vit depuis 5 ans aux USA. © Romain Monnoyeur
Dans le Kansas, où vit Romain Monnoyeur, on vote Trump au niveau de l’Etat. Mais à Kansas City, on vote plutôt démocrate. Le mandat du Républicain Donald Trump a changé des choses dans le quotidien du Franc-Comtois. “Trump a rendu les visas plus difficiles à obtenir, j’ai un visa d’investisseur, il faut le renouveler tous les 3 ans au lieu de 5” explique Romain. “Ce qui a changé avec Trump, c’est que je paye moins de charges que du temps d’Obama” ajoute le restaurateur français. “Biden voudrait passer le salaire minimum à 15 dollars de l’heure, ici à Kansas City, on est à 8 dollars de l’heure, c’est difficile pour les gens de vivre avec cela” estime Romain.

De la gouvernance de Donald Trump, Romain gardera un souvenir dont il se serait bien passé. Il était en France quand, au printemps, Donald Trump a fermé les frontières des USA en raison de l’épidémie de coronavirus. “J’ai eu 24 heures pour rentrer aux USA, c’était la première fois qu’une décision politique avait une réelle incidence sur ma vie” lance Romain par téléphone. Depuis plusieurs mois, il assiste à la non-gestion de la crise sanitaire par Donald Trump. Dans son restaurant qui emploie 35 personnes, il a dû réduire les tables, les espacer. “Mais ici, personne ne porte le masque, la gestion du covid est effrayante” déplore Romain Monnoyeur. 
 

Fanny, même s’il elle n’a pas pu voter, affiche son soutien à Joe Biden

Fanny Plaisance est installée elle aux USA depuis 3 ans. Elle vit à Dayton dans l’Ohio où cette trentenaire originaire de Belfort travaille à l’Alliance Française. 

“Cette attente du résultat de l’élection présidentielle est très anxiogène et stressante. Ça fait un peu peur. Trump est très virulent sur le fait qu’il ne va pas se laisser faire. Il a des milices pour le défendre et il n’appelle pas au calme” explique l’expatriée comtoise.

À Dayton, Fanny nous explique que la vie n’a pas été facile ces deux dernières années pour les communautés. Une tornade, le retour du Ku Klux Klan, une fusillade, puis l’épisode des Black Live Matters pour défendre la cause noire… “Sur place, c’est violent, il y a des gens qui sont prêts à se battre, et ici, les gens, ils ont des armes. Dans la rue, on peut croiser des gens armées, c’est un peu effrayant” lance Fanny Plaisance qui malgré tout ce plait dans cette ville.
© Facebook Fanny
Comme Romain, Fanny n’a pas voté à cette élection présidentielle. Son visa ne le lui permet pas. L’Ohio est un état swing qui d’une élection à l’autre, passe du rouge au bleu. “Malheureusement, on n’a pas rebasculé. Quelques grandes villes ont voté Biden, mais le reste, c’est Trumpland !” résume la jeune femme.
 
Fanny Plaisance, une franc-comtoise heureuse de vivre malgré tout aux USA.
Fanny Plaisance, une franc-comtoise heureuse de vivre malgré tout aux USA. © Fanny P.

La victoire de Joe Biden, elle l’espère. “Biden ou Trump, cela ne changera rien à ma vie. Mais si Trump est réélu, ça m’inquiète. Cela m’inquiète au niveau des gens qu’ils soient capables de revoter Trump. Je ne comprends pas. Cela ne me rassure pas sur l’avenir” dit-elle. “Trump, c’est quand même un personnage qui est fou. Il ne va pas se laisser faire comme ça. Il n’est même pas capable de partir dignement” lance Fanny. “Jamais un président américain n’aura tant divisé” selon elle. La jeune femme ne sait pas si elle restera aux USA à terme. Pour l’instant, Fanny sait que si elle rentre en France, son visa ne lui permettra pas de revenir. À Dayton, Fanny nous explique que la vie n’a pas été facile ces deux dernières années. 


* Interviews réalisées par téléphone jeudi 5 novembre, avant les résultats officiels.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique international