Auxerre : des artisans alpinistes auscultent la cathédrale

Les cordistes de l’entreprise Trav’Haut assurent des opérations de maintenance sur de nombreux monuments historiques de Bourgogne
Les cordistes de l’entreprise Trav’Haut assurent des opérations de maintenance sur de nombreux monuments historiques de Bourgogne

Les cordistes de l’entreprise Trav’Haut assurent des opérations de maintenance sur de nombreux monuments historiques de la région. Un métier acrobatique qui permet de sauvegarder le patrimoine. Sur la cathédrale d’Auxerre, le chantier culmine à 65 mètres de hauteur.
 

Par B.L.


L’entreprise Trav’Haut, basée à Gevrey-Chambertin, en Côte-d’Or, est spécialisée dans les travaux en ­hauteur.
Elle travaille pour les monuments historiques, le bâtiment, l’industrie.

Ces artisans alpinistes assurent toutes sortes de missions : travaux de couverture zinguerie ou de démoussage, purge de falaises, vérification de paratonnerres, lavage de vitres à grande hauteur, etc.
 
Auxerre : les artisans alpinistes de Trav’Haut auscultent la cathédrale
Les cordistes de l’entreprise Trav’Haut assurent des opérations de maintenance sur de nombreux monuments historiques de la région. Un métier acrobatique qui permet de sauvegarder le patrimoine. Sur la cathédrale d’Auxerre, le chantier culmine à 65 mètres de hauteur.  - Le reportage de Sébastien Kerroux, Rodolphe Augier et Xavier Brand avec : -Bruno Barrallon, gérant de l'entreprise Trav'Haut (Gevrey-Chambertin) -Pierre-Jean Gambet, cordiste


En ce moment, l’équipe de Trav’Haut est au chevet de la cathédrale Saint-Étienne d’Auxerre, un bâtiment gothique dont la construction débuta au 13e siècle. 

Chaque année, il faut inspecter la cathédrale pour assurer la sécurité du monument et des passants. Cela consiste par exemple à s’assurer qu’il n’y a pas de risques de chute de pierres ou d’ardoises.
Il faut aussi nettoyer les évacuations d'eau de pluie, enlever les végétaux...

Suspendus au bout de leurs cordes, ces alpinistes du patrimoine vérifient également les ornements de l'édifice un à un.

Ce chantier, qui a débuté en septembre, prendra fin à la mi-octobre. Puis, les cordistes de Trav’Haut se lanceront à l’assaut de l’abbaye Saint-Germain d’Auxerre, qui fut fondée par la reine Clotilde au 5e  siècle.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Auxerre : les artisans alpinistes de Trav’Haut auscultent la cathédrale

Les + Lus