Auxerre : le Muséum d’histoire naturelle échappe aux flammes grâce à une intervention éclair des pompiers

Publié le Mis à jour le

Plus de peur que de mal au Muséum d'histoire naturelle d'Auxerre le 30 juillet 2022. Les agents du musée ont senti une odeur de fumée dans le bâtiment. Ni une, ni deux, les pompiers sont intervenus à temps, évitant le drame.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

Le 30 juillet 2022, les sirènes des sapeurs-pompiers du SDIS 89 retentissent dans les rues d’Auxerre. Direction le Muséum d’histoire naturelle de la ville. La conservatrice Sophie Rajaofera est à l’origine de cet appel de détresse : "D'abord, l'agent d'astreinte m'a communiqué l'urgence. Il m'expliquait qu’il sentait une odeur de fumée. J’ai appelé les pompiers dans la foulée."

18 heures : les pompiers arrivent sur les lieux. Ils sont intervenus à temps. Le muséum a échappé au pire.

Une arrivée en huit minutes chrono

Le drame a été évité grâce au système de détection des incendies. Il a détecté une surchauffe sur un projecteur de lumière produisant de légères fumées, avant même l’apparition de flammes. Le personnel du muséum a pu être averti. "On a suivi le protocole avec l’agent d’astreinte", explique Sophie Rajaofera. "À ce moment, on appelle tout de suite les pompiers et on reste à leur disposition pour leur donner un maximum d’informations sur la situation."

Exactement huit minutes après l’appel de la conservatrice, une équipe de la caserne d’Auxerre arrive. Équipés d’une caméra thermique, les sapeurs-pompiers identifient rapidement l’origine des fumées. Localisé dans dans la réserve des œuvres où se trouvaient des oiseaux naturalisés, cet incident n’a finalement fait aucun dégât. 

Plus de peur que de mal donc. Sophie Rajaofera est ravie que l'intervention se soit passée sans encombre. Elle ajoute : "On a vraiment une grande gratitude envers les équipes qui sont intervenues."

Une piqûre de rappel

Avec cette intervention, les pompiers du SDIS 89 rappellent que l’installation d’un détecteur autonome avertisseur de fumée (DAAF) est aussi obligatoire dans les habitations. Elle est à la charge du propriétaire du logement. Le détecteur doit disposer du marquage "CE", conforme aux exigences de l'Union Européenne notamment en matière de sécurité.

Dernier conseil, la pile des détecteurs doit être changée chaque année. Cela permet d'être certain que l'appareil fonctionne bien et aussi d'éviter de déranger les sapeurs-pompiers pour aucune raison. "Ce qui est malheureusement trop fréquent", indique le communiqué du SDIS 89.