Catalpa festival à Auxerre : une pétition s’oppose à l’annulation de l’édition 2024

Dans une pétition en ligne, l’ancien président de l’association organisatrice du Catalpa Festival demande le maintien de l’édition 2024. Plusieurs milliers d'Auxerrois l’ont déjà signée. Ils regrettent l’annulation de cet événement festif gratuit.

C’est une décision qui ne passe pas. L’annulation de l’édition 2024 du Catalpa festival, qui se tient au mois de juin depuis 2012, mécontente certains Auxerrois… dont Emmanuel Ronot. Loin d’être étranger au festival, il fut président de l’association organisatrice, Service compris, de 2012 à 2020. Depuis l’annonce, il est dans l’incompréhension.

"J’ai ruminé pendant deux jours, j’ai passé des coups de fil… Tout le monde était fataliste. Ça n’augure rien de bon pour l’année prochaine, pressent-il. J’ai donc lancé une pétition en ligne, en tant que citoyen. L’idée, c’est de faire pression sur le maire et de s’exprimer pour le maintien. Cette décision est brutale."

Annoncée jeudi 15 février par la Ville d’Auxerre, cette annulation est la conséquence plusieurs difficultés. D’abord, le manque de matériel et de personnel de sécurité, alors que les Jeux Olympiques débutent un mois après le festival. Ensuite, le budget. Il manquerait cette année 80 000 euros pour assurer l’évènement. La mairie, qui fixe le cahier des charges et finance en partie ce festival gratuit, est pointée du doigt.

"Je connais les problématiques d’un festival l’été, je ne les nie pas"

Emmanuel Ronot, ex-président de l'association Service compris

"Mais à Catalpa, il y a énormément de familles et de jeunes y compris des quartiers populaires. Ces personnes-là n’iront probablement pas aux Jeux Olympiques vu le prix des billets et seront privés de leur festival. C’est la double peine." La question du budget, elle, le plonge dans une "grande colère" : "Je ne comprends pas comment la ville d’Auxerre peut engager des frais sur une étape du Paris-Nice [la 3ème étape de la course se déroulera à Auxerre le 5 mars 2024, NDLR], qui ramènera moins de monde, et ne pas mettre 80 000 euros pour un festival. Je préfère que mes impôts aillent renflouer les caisses sur un festival qui draine 50 000 personnes sur trois jours. C’est quand même peu d’investissement pour un tel rendu culturel et économique."

Un avis partagé par les 3200 signataires, au mercredi 21 février, de la pétition. "Inadmissible", "Ne supprimez pas ce festival qui a un grand succès auprès de tous les âges et toutes les populations", "J’attends ce week-end toute l’année, ne nous enlevez pas ça", peut-on lire, pêle-mêle, dans les commentaires.

La piste du financement participatif

Cette mobilisation a fait émerger une nouvelle idée : celle du financement participatif. S’il n’est pas question, pour la mairie et les organisateurs, de rendre l’évènement payant, certains se disent prêts à faire un don pour renflouer les caisses du festival.

Pour l’heure, l’idée ne s’est pas concrétisée… Car la mairie ne reviendra pas sur sa position. L’adjointe (LR) en charge de la culture, Céline Bähr, n’a pas donné suite à nos sollicitations. Dans L’Yonne Républicaine, elle affirme que cette décision est "le choix de la responsabilité", tout en rappelant que le festival s’est bouclé l’année dernière avec un déficit de 45 000 euros.

Peu d’espoir donc pour les adeptes de Catalpa. "Plus le temps passe, moins c’est possible de relancer le festival cet été", admet Emmanuel Ronot. Il espère désormais que le rendez-vous aura bel et bien lieu en 2025.

► À lire aussi : Pourquoi le Catalpa Festival d'Auxerre annule son édition 2024 ?