• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Disparues de l'Yonne : la ville d’Auxerre inaugure un square en hommage au gendarme Jambert

Dès 1984, l'adjudant-chef Christian Jambert a été convaincu de l'implication d'Emile Louis dans l’affaire des "disparues de l'Yonne". / © PHOTOPQR/LE PARISIEN/J.M. DUCOS
Dès 1984, l'adjudant-chef Christian Jambert a été convaincu de l'implication d'Emile Louis dans l’affaire des "disparues de l'Yonne". / © PHOTOPQR/LE PARISIEN/J.M. DUCOS

Le gendarme Christian Jambert, qui enquêtait sur l’affaire des "disparues de l'Yonne" avait démasqué le tueur en série Emile Louis. La ville d'Auxerre inaugure un square à son nom samedi 20 octobre 2018. Un hommage demandé par les familles des victimes.
 

Par B.L. avec AFP


Entre les années 1970 et les années 1990, plusieurs disparitions de jeunes femmes ont eu lieu dans l’Yonne.
Une vingtaine de femmes, dont la plupart étaient issues de la DDAS, se sont volatilisées.

 
Re(voir) Les disparues de l'Yonne, 40 ans après
Revoir Les disparues de l’Yonne, 40 ans après, un documentaire écrit par Thierry Fournet

 

Dès 1984, Christian Jambert a soupçonné Emile Louis


Il a fallu plus de 20 ans pour qu’Emile Louis soit arrêté en l'an 2000.
Ce chauffeur de car a avoué avoir tué sept jeunes handicapées après des relations sexuelles entre 1977 et 1979. Le tueur en série, qui s’est ensuite rétracté, a été condamné à la prison à perpétuité en 2004, puis une nouvelle fois en appel en 2006.
Emile Louis est mort à Nancy en octobre 2013, il avait 79 ans.


Dès 1984, l'adjudant-chef Jambert était convaincu de l'implication d'Emile Louis.
Le gendarme avait remis au parquet d'Auxerre un procès-verbal qui établissait des liens entre le chauffeur de car et les jeunes filles disparues. Ce PV a été retrouvé seulement douze ans plus tard, pour des raisons inexpliquées.
Christian Jambert avait été décrit comme "un enquêteur hors pair" au cours du premier procès d'Emile Louis.


 
Les disparues de l'Yonne / © France 3
Les disparues de l'Yonne / © France 3


 

Mieux vaut tard que jamais


La mort du sous-officier reste dans toutes les mémoires, car Christian Jambert a été retrouvé mort avec deux balles dans le crâne en 1997 à Auxerre avec une lettre d'adieu à son chevet. 
En 2004, la famille du gendarme avait relancé la thèse de l'assassinat. En avril 2004, le parquet avait ouvert une information judiciaire contre X pour assassinat sur la base d'un premier rapport d'autopsie qui jugeait les deux impacts de balles peu compatibles avec un suicide. Finalement, en février 2012, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris a décidé de de clore le dossier Jambert.


 
A Auxerre, une stèle a été érigée en mémoire des disparues de l'Yonne
A Auxerre, une stèle a été érigée en mémoire des disparues de l'Yonne



Le gendarme Jambert "méritait vraiment un hommage", déclare Pierre Monnoir, président de l'association des familles des victimes.
"Mieux vaut tard que jamais. Mais il fallait que les esprits soient un peu apaisés", ajoute-t-il.
L’inauguration du square au nom de Christian Jambert a eu lieu samedi 20 octobre 2018 à 11 heures à Auxerre. Le lieu accueille déjà une stèle en mémoire des disparues de l'Yonne.


 
 
Disparues de l'Yonne : la ville d’Auxerre inaugure un square en hommage au gendarme Jambert
Le gendarme Christian Jambert, qui enquêtait sur l’affaire des "disparues de l'Yonne" avait démasqué le tueur en série Emile Louis. La ville d'Auxerre inaugure un square à son nom samedi 20 octobre 2018. Un hommage demandé par les familles des victimes. - France 3 Bourgogne - Baziz Djaouti, Claude Heudes, Xavier Brand

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Stéphane Jobard s'exprime à l'issue du match

Les + Lus