Coulées de boue à Paron (Yonne) : une culture de tournesol mise en cause ?

Publié le Mis à jour le

Le dimanche 5 juin, vers 11h, un torrent de boue dévale dans une rue isolée de Paron. Portails défoncés, jardins détruits, une dizaine d’habitations sont sinistrées. C’est la deuxième fois en l’espace de huit mois qu’un tel phénomène se produit sur la commune. Selon le maire, Jean-Luc Givord, ce phénomène pourrait s’expliquer par la présence d’une culture de tournesol en amont du village.

L'orage du week-end de la Pentecôte aura laissé des traces dans le département de l'Yonne. Selon le maire de Paron (Yonne), les coulées de boue survenues dans la rue Pasteur dimanche dernier s’expliqueraient par de multiples facteurs. 

Il y a tout d’abord l’intensité exceptionnelle des précipitations de dimanche : "il est tombé 60 millimètres de pluie en l’espace de seulement 30 minutes, c’est un niveau de précipitations que l’on peut retrouver dans le Var, mais chez nous c’est hors-normes." 

Le maire ajoute par ailleurs qu’au moment des coulées de boue, les sols étaient en grande souffrance. Cela faisait plus de deux mois qu’il n’avait pas plu sur le sénonais. Selon lui, les sols n’étaient donc pas en capacité d’absorber autant d’eau en si peu de temps.

Une culture de tournesol serait-elle responsable ?

En septembre dernier, les habitants de la rue Pasteur avaient déjà été victimes d’inondations. Mais selon le maire de la commune, ce phénomène était jusque-là inédit : « cela fait 40 ans que je suis sur la commune, et je n’ai jamais vécu cela avant » nous avoue Jean-Luc Givord. 

Lorsque notre équipe de journalistes a rencontré les habitants sinistrés lundi matin, ces derniers nous ont indiqué la présence de deux champs cultivés en amont de la rue. Les coulées de boues sont en effet descendues d’un petit chemin qui mène jusqu’au sommet d’une colline, là où se trouvent des cultures de blé et de tournesol.

Selon le maire, la culture de tournesol – située administrativement sur la commune de Gron - n’aurait pas été réalisée en adéquation avec la typologie du terrain : « les plantations ont pour utilité de retenir l’eau, mais si vous plantez du maïs ou du tournesol sur un terrain en pente, cela ne peut pas fonctionner ».

Même si Jean-Luc Givord a son opinion personnelle, il ne souhaite pas désigner un coupable. Le ruissellement pourrait s’expliquer par de nombreux autres facteurs. Cela pourrait être par exemple la conséquence du récent chantier de la déviation Sud de Sens. Mais pour l’heure, selon l’élu, il est impossible d’identifier précisément la cause des coulées de boue.

Des bassins de rétention verront-ils le jour ?

Face à l’ampleur des dégâts, la commune de Paron souhaite apporter une réponse pérenne pour que ce phénomène ne se reproduise plus. Une réunion sera d’ailleurs organisée le vendredi 10 juin en présence des élus de l’intercommunalité, des agriculteurs et d’un responsable de l’assainissement.

L’idée serait dans un premier temps d’installer des fascines – N.D.L.R : des barrages en bois - pour couper le trajet de l’eau et l’empêcher de ruisseler dans le petit chemin qui mène jusqu'à la rue Pasteur. Mais cette solution ne serait efficace que temporairement.

Le maire de Paron souhaite aller encore plus loin en aménageant des bassins de rétention d’eau. Jean-Luc Givord reconnaît que le projet est ambitieux, mais que ces aménagements seront nécessaires pour protéger la rue Pasteur et ses habitants à l'avenir.