Cet article date de plus de 5 ans

14 juillet : les bretons volontaires du Service Civique vont défiler à Paris

Pour la quatrième année consécutive, des volontaires du Service civique participent au défilé du 14 juillet sur les champs Elysées. Parmi eux deux bretonnes, depuis une semaine elles sont dans la capitale pour les répétitions. Elles sont très positives sur leurs expériences de Service Civique. 
Pour la 4ème fois le Service Civique sera présent à Paris pour la fête nationale
Pour la 4ème fois le Service Civique sera présent à Paris pour la fête nationale © François GUENET - agence du Service Civique
Depuis une semaine les répétitions du défilé du 14 juillet ont commencé. Tous les corps d'Armées représentés dans ce protocolaire spectacle ont leurs répétitions très tôt le matin entre l'Arc de Triomphe et la Concorde. On y trouve aussi bien la Garde Républicaine à cheval que la Légion étrangère ou des unités plus modernes de l'Armée.
Parmi eux 600 jeunes qui préparent le tableau final, imaginé pour célébrer les 100 ans de la Marseillaise, sur la Place de la Concorde. Le plus gros des troupes appartient aux rangs du Service militaire volontaire mis en place en 2005, une centaine de ces jeunes sont des choristes de l’Éducation nationale venus chanter l'hymne républicain, et enfin dix jeunes appartiennent au Service Civique né, lui, en 2010.


Un drapeau français vu du ciel

Répétitions du défilé du 14 juillet
Répétitions du défilé du 14 juillet © François GUENET - Agence du Service Civique
Objectif de ce tableau final : faire en sorte que vus du ciel ces 600 jeunes qui porteront des vêtements bleus, blancs ou rouges dessinent un drapeau français pendant que sera jouée et chantée la Marseillaise. Parmi les heureux élus deux bretonnes ont effectué leur service civique respectivement à Saint-Brieuc et à Rennes et sont un peu impressionnées de devoir se trouver le jour J, juste en face de la tribune présidentielle. Elles ont participé à quatre répétitions et résident à Saint-Ouen avec des choristes lycéens et collégiens.


Expériences positives

© François GUENET-Agence service civique
Depuis novembre 2015 Marie-Ève LEBRETON fait son service civique à SAINT-BRIEUC. Elle est en mission dans une école élémentaire en Zone d’éducation prioritaire. Cette Brestoise, titulaire d’une licence d’anglais était un peu perdue dans son orientation et voulait toucher à quelque chose de concret. A l’école La Vallée elle a aidé l’institutrice à animer l’atelier de lecture auprès d’élèves de CP. Une aide pédagogique et citoyenne au service de l’école et des élèves. L'expérience l’a aidée à dissiper le brouillard qui enveloppait son avenir professionnel avant cette mission. Plus de doute, elle a trouvé sa vocation : elle veut devenir elle aussi professeure des écoles. A la rentrée elle reprendra ses études pour aller jusqu’au Master et se diriger vers l’enseignement.
Quand je lui demande comment elle a choisi sa mission, elle répond qu’elle s’est tout simplement inscrite sur le site du Service Civique. Il lui a fallu déménager mais elle s’est hébergée facilement au Foyer de Jeunes Travailleurs et a réussi à vivre avec les 573 euros mensuels que lui octroie le Service Civique.

© F GUENET-Agence Service Civique
Il faut noter que la Région Bretagne encourage particulièrement le service civique  lorsque les jeunes volontaires choisissent les secteurs du soutien scolaire, de l’environnement ou de l’accueil des personnes en situation de handicap. La Région Bretagne leur offre même une prime de 100 euros par mois.


Un tremplin pour son avenir professionnel

De son côté Ségolène SAUTEREAU termine ces jours-ci un engagement de huit mois auprès de la Direction générale de la culture de Rennes Métropole. Elle a accompagné sa tutrice dans sa mission pour améliorer l'accessibilité des publics à l'offre culturelle rennaise; à toutes sortes de populations comme les personnes en situation de handicap ou les détenteurs de minima sociaux. A 25 ans elle a un niveau BAC+3 en sociologie mais se demandait à quoi pourrait ressembler son futur terrain professionnel. Pendant ces huit mois elle a assisté à beaucoup de spectacles pour donner son avis mais surtout pour récolter la parole des publics qu’elle y a croisés. Elle est satisfaite de son expérience :

C’est une mission extrêmement enrichissante. J’ai fait beaucoup de rencontres et découvert la diversité des populations. On se découvre aussi soi-même pendant ce service civique."

Maintenant Ségolène s’est créé un réseau de connaissances professionnelles et a choisi son orientation professionnelle : elle va passer le concours d’attaché territorial.


Une volonté présidentielle

© agence du Service civique
Entre deux répétitions les jeunes du Service Civique ont pu aussi se promener dans Paris mais ils ne s’attendaient pas à être invités à un petit déjeuner avec François Hollande.
Un moment inoubliable que Ségolène a voulu partager en prenant un selfi avec le Président de la république qu'elle affiche fièrement sur le site Facebook du Service Civique.
En Janvier dernier François Hollande avait fixé un objectif de 350 000 jeunes en service civique pour 2018. En 2015 ils étaient 53 000 et l’objectif intermédiaire pour 2016 est de 110 000. La plupart des volontaires se lancent après les vacances d’été.

D’après une étude IFOP récente le service civique souffre encore d’un manque de notoriété auprès des jeunes mais 90% de ceux qui l’on fait le recommande à d’autres jeunes. 75% de ceux qui en ont fait l’expérience sont ensuite soit repartis en formation, soit entrés dans un emploi dans les six mois qui ont suivi leur service civique.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société 14 juillet sorties et loisirs