Interview : Xavier Beulin à Rennes

Publié le Mis à jour le

Au lendemain de ses excuses pour ses propos sur la "petite bourgade" quimpéroise, le président de la FNSEA est venu assister à l'Assemblée Générale de la section bretonne du syndicat agricole. 

Pas de banderole protestataire faisant référénce à une éventuelle "bourgade" pour accueillir Xavier Beulin à l'occasion de sa venue à Rennes. L'ambiance était donc apaisée d'autant que certaines choses s'étaient dites à huis-clos dans la matinée. Cela n'a pas empêché le président de la FNSEA de renouveler ses excuses et d'appeler de ses voeux une pérennité solide du groupe Doux et de la filière avicole dans la région. Il s'est expliqué sur le rôle de Sofiprotéol, dont il est aussi le président, dans ce dossier: "Les deux ministres, Monsieur Le Foll (agriculture) et Monsieur Garrot (agroalimentaire) ont demandé à Sofiprotéol dans son rôle d'établissement financier et de filière de jouer un rôle de coordination. Nous avons joué ce rôle lors de la première offre : mettre tous les opérateurs avicoles autour de la table pour trouver une solution de reprise. C'est ce que nous avons fait."



 
D'autres dossiers à la une de l'actualité agricole ont été abordés comme les négociations sur la réforme de la Politique Agricole Européenne. L'atmosphère a donc été studieuse pour le reste de la journée. Le thème central: quelles pistes pour que les agriculteurs aient un pouvoir de négociation plus important dans un monde très concurrentiel ? L'idée la plus répandue: généraliser les organisations de producteurs.



Xavier Beulin s'est félicité de la création d'un fond de solidarité où les producteurs de céréales devraient cotiser sur la base du volontariat pour soutenir les éleveurs. Les modalités pourraient être révélées lors de la venue de François Hollande au Salon International de l'Elevage de Rennes le 11 septembre.
 
 


 
 
 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité