Cet article date de plus de 8 ans

Combien coûte le passage du Tour de France à Saint-Malo ?

Saint-Malo sera ville d'arrivée d'une étape du Tour de France. Quel est le coût d'un tel évènement ? Quelles en sont les retombées économiques ? Nous avons posé ces questions à René Couanau, maire de la ville.
Le coût pour une ville d'arrivée d'étape

Pour la ville de Saint-Malo, le Tour de France c'est un coût de participation au départ de 100 000 euros, avec en sus des aménagements d'infrastructures, que le maire de la ville, René Couanau, n'estime pas s'élever à plus de 20 000 euros pour la Cité Corsaire.

Les villes sont ainsi selon BFM Business, environ 250 chaque année à se porter candidate. Les heureuses élues doivent ensuite verser plusieurs milliers d’euros à Amaury sport organisation (ASO), société organisatrice de l’événement. Selon Le Courrier des maires de France, le coût d’accueil d'une étape prend la forme d’un ticket d’entrée s'élevant à 150 000 euros hors taxes : 60 000 euros environ pour la ville qui accueille le départ de l'étape et 90 000 euros pour celle où est prévue l’arrivée avec ses nombreux podiums. Dans le cas où une commune gère à la fois le départ et l’arrivée d'une étape, elle doit alors s’acquitter de la totalité de ce ticket.
Pour une ville de repos : Le ticket d’entrée est identique, environ 150.000 euros hors taxes.
Pour une ville de grand départ : Le montant varie entre 2 et 10 millions d’euros hors taxes. Il est fonction du lieu, selon que le top départ a lieu en France ou à l’étranger.
Il faut encore rajouter des frais liés à l’organisation, comme le coût des infrastructures routière, de sécurité, de communication ou encore de location de matériels pour assurer le bon déroulement de l’épreuve.

"Ça vaut toutes les campagnes de publicité"

Pour René Couanau, les retombées "ne sont pas chiffrables". Cette étape, la 10ème sur 21, intervient à la moitié du Tour, le 9 juillet, ce qui est à la fois un avantage en terme d'intérêt sportif et sera  "toujours un  apport considérable",  en ce qui concerne la fréquentation pour un début de saison. Des conséquences pour l'activité touristique et hôtelière, qui ne devraient donc pas être négligeables, dans un rayon assez large autour de la ville, et qui pourraient même se prolonger dans le temps. "Cest donc toujours un apport considérable, ça vaut toutes les campagnes de publicité", a ajouté René Couanau.

Bernard Hinault en discussion avec René Couanau, le maire de Saint-Malo
Bernard Hinault en discussion avec René Couanau, le maire de Saint-Malo © Christophe Rousseau - France 3 Bretagne


Selon BFM Business, les communes accueillant le départ ou l'arrivée d'une étape du Tour, bénéficient d’une importante visibilité. En 2011, environ 12 millions de personnes étaient sur le bord des routes, pour suivre le Tour de France et 3,8 millions de personnes, en moyenne, l’ont regardé devant leur petit écran. Ce dernier chiffre était en hausse de 500 000 personnes par rapport à 2010, montrant l’attachement des Français à cette épreuve mythique du cyclisme.

Selon le maire de la cité corsaire, "les organisateurs ont sûrement choisi Saint-Malo, parce que les images vont être superbes", c'est la 100ème édition du Tour et c'est toujours "quelque chose d'un petit peu légendaire".

Une délégation pour l'organisation du Tour de France, composée de Bernard Hinault et Thierry Gouvenou, s'est déplacée ce jeudi dans la Cité Corsaire. Elle a été reçue par le maire de la ville.
Saint-Malo a déjà été 7 fois ville étape du Tour de France de 1949 à 1980, elle a aussi été 8 fois ville-départ d'une étape du Tour depuis 1949. Elle sera donc  la ville arrivée de la 10 ème étape du Tour de France 2013.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tour de france cyclisme sport