• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

A Larmor Baden, il refuse de donner son ADN dans l'affaire des incendies en série

© Stéphane Izad - France Bretagne
© Stéphane Izad - France Bretagne

Tous les habitants de Larmor-Baden sont invités à se faire prélever son ADN dans le cadre de l'enquête sur la série d'incendies criminels. Tous, sauf Simon Tattevin, qui a écrit au Procureur de la République.

Par Stéphane Grammont

Le procureur de la République de Vannes, Thierry Phelippeau, a reçu ce mardi matin la lettre de Simon Tattevin, qui a au préalable alerté la presse locale. Il y écrit qu'il s' « oppose à cette violation du droit au respect de la vie privée, qui est également une grave atteinte au respect du corps humain », ayant pris contact avec un avocat de Ligue des Droits de l'Homme. 

Le procureur, joint par téléphone, réserve sa réaction à plus tard. Il nous a rappelé "l'engagement pris de détruire tous les prélèvements après l'opération", "maintenant chacun prend ses responsabilités" a-t-il ajouté.


Simon tattevin est un enseignant de 39 ans, qui vit et travaille à Rennes. Il revient régulièrement à Larmor-Baden dans une maison familiale, où il est toujours domicilié. Il a été invité comme tous les hommes âgés de 15 à 75 ans de la commune de 800 habitants, à se soumettre à un prélèvement d’ADN. La gendarmerie enquête en effet sur une série d’incendies criminels survenus dans la commune depuis décembre 2011


Le procureur n'a pas précisé combien de prélèvements la gendarmerie a aujourd'hui pu réaliser.




Sur le même sujet

Fabian Lahaie, avocat des familles.

Les + Lus