• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Ces entreprises agro-alimentaires qui investissent (et vont bien)

© FRED TANNEAU / AFP
© FRED TANNEAU / AFP

Un coup d'oeil à la newsletter de cette semaine de Bretagne Innovation suffit à rester optimiste sur l'avenir de l'agro-alimentaire en Bretagne. On y trouve des entreprises agro-alimentaire qui vont bien, et qui investissent. Revue d'effectif.

Par Stéphane Grammont

#Sill

nous l'avions indiqué en octobre dernier, le spécialiste des produits laitiers, jus de fruits, potages et autres plats cuisinés se lance à la conquête du marché du lait infantile. Cela avait été annoncé lors de l'inauguration d'une usine de biomasse. L'unité de production de poudres de lait infantiles destiné à l'exportation, principalement vers la Chine. 35 millions d'euros seront investit. 70 emplois seront créés.


#Amoric

On parle beaucoup de la fermeture du site du leader du saumon fumé Marine Harvest à Poullaouen. La direction du géant norvégien l'avait expliqué, le secteur va bien... sauf pour le bas de gamme. Armoric est est un fumeur de saumon basé à Quimper, filiale du groupe Meralliance (900 salariés ; 150 M€ de chiffre d'affaires). Face aux difficultés  d'approvisionnement, la PME va investir 10 millions d'euros pour une première mondiale: une ferme aquacole à terre.


#Solina

L'entreprise est peu connue mais emploie tout de même 600 salariés pour un chiffre d'affaire de 170 millions d'euros. Elle fabrique des solutions aromatiques pour l'industrie agro-alimentaire, et est accompagnée par le pôle de compétitivité Valorial. Solina va implanter un hall technologique à Bréal-sous-Monfort (35), dans ses nouveaux locaux de 10.000m2, pour réaliser des tests grandeur nature. 1 million d'euro est investit.


#terre et Soleil

Avec un nom comme ça on ne peut qu'être optimiste. La biscuiterie, connue pour ses marques Biscuiterie de Saint-Brieuc et Graine d’envie, l'est assurément puisqu'elle espère tripler de son chiffre d'affaire d'ici 2020. Pour l'heure elle fait construire une nouvelle usine, assortie d'un magasin d'usine, pour un investissement de 1,7 millions d'euros.  Ele ouvrira une nouvelle boutique à Guingamp et compte attaquer le marché parisien.















A lire aussi

Sur le même sujet

Interview François Floret

Les + Lus