• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

STX : financement compliqué pour le navire au gaz de la Brittany Ferries

Le projet PEGASIS / © STX FRANCE
Le projet PEGASIS / © STX FRANCE

C'est une importante commande pour les chantiers navals STX de Saint-Nazaire : un ferry propulsé au Gaz Naturel Liquéfié pour la Brittany ferries.
Seulement la commande ferme était soumise au bouclage du financement par les banques. La date limite de confirmation de la commande était lundi 30 juin.

Par Marc-André Mouchère

C'est un géant des mers que STX s'apprête à construire pour la Société d’intérêt collectif agricole (SICA) de Saint-Pol-de-Léon. L'exportateur de légumes est le fondateur et propriétaire historique de l’armement de Roscoff. Un défi technologique, le fruit d'une longue collaboration entre l'armateur et le chantier de construction.

D’une longueur de 210 mètres et de 31 mètres de large, ce ferry pourra transporter 2400 passagers, 40 remorques et 650 voitures.
Nom de code : PEGASIS (Power Efficient GAS Innovative Ship) et grâce à cette motorisation au gaz il diminuera très fortement les émissions d’oxyde de soufre, d'oxydes d’azote et de CO2 pour correspondre aux normes de pollution du futur et particulièrement la directive soufre.

On ne rigole pas avec les délais de livraisons

Seulement de son coté STX croule presque sous les commandes avec 3 paquebots géants à livrer pour 2017, 2018 et 2019. Et dans ce plan de charge bien serré, un créneau était réservé à la construction préalable de la coque de PEGASIS. Faute de certitudes financières l'opération serait retardée d'au moins un an.

Un délai supplémentaire

Or selon Mer et Marine, l'armateur breton n’a toujours pas levé les fonds nécessaires, la faute aux banques un peu frileuses ces temps-ci pour aider à réunir les 270 millions d’euros.

Jusque là les Régions Bretagne, Normandie et Pays-de-la-Loire garantissaient de tels emprunts. Mais les banques et les Régions sont devenues plus prudentes avec la crise économique. Alors il faut plus de temps à l'armateur de Saint-Pol-de-Léon pour négocier de tels engagements.


Sur le même sujet

Réaction des équipes de l'école primaire

Les + Lus