• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Lignes ferroviaires en Bretagne : quelle offre pour 2030 ?

Un débat public a été lancé ce jeudi 4 septembre et pendant quatre mois, chacun pourra se prononcer quant à l'avenir des lignes ferroviaires en Bretagne. Pour cela, trois scénarios sont proposés. Il faudra trancher...

Par Eric Nedjar

À l'horizon 2040, les démographes prévoient une augmentation de la population de 20 % en Bretagne et dans les Pays de la Loire, soit une croissance deux fois plus rapide que la moyenne nationale. Cela représente en tout 1,4 million d'habitants qui seront répartis principalement dans les villes et sur le littoral et qu'il faudra bien transporter.

Les nouvelles liaisons ferroviaires qui, depuis ce jeudi 4 septembre, font l'objet d'une enquête public ont donc pour objectif, dans un premier temps, de répondre à cette nécessité. L'arrivée de la LGV Le Mans-Rennesen 2017 ne pourra suffire, un vaste chantier d'amélioration, de modernisation du réseau est aussi nécessaire.

Ce projet porte un nom : « LNOBPL » (Lignes nouvelles Ouest Bretagne-Pays-de-la Loire). Porté par l'État, les deux Régions, les cinq Départements et les trois métropoles de la Bretagne historique, il a pour objectif de rapprocher Brest et Quimper à trois heures de Paris, mais aussi de renforcer le maillage intercité et en particulier la liaison entre Rennes et Nantes via l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Pour y arriver, trois scénarios sont envisagés.

Mauve

 / ©
/ ©
Ce scénario prévoit de moderniser l'existant, de rectifier des courbes, et de rouler plus vite ici ou là. Les gains de temps sont modestes (pas plus de 10 mn de Rennes à Brest) mais c'est aussi le moins coûteux des trois scénarios proposés (4,2 milliards d'€).


Vert

 / ©
/ ©
C'est le plus ambitieux des trois scénarios, mais c'est aussi le plus cher (5 à 5,5 Milliards d'€). Il prévoit la création de nouveaux tronçons jusqu'à Saint-Brieuc au nord, Vannes et Nantes via l'aéroport de NDDL au sud pour un gain de temps plus élevé (15 mn de Rennes à Brest).

Bleu

 / ©
/ ©
Comme pour le vert, le projet prévoit de construire de nouvelles lignes, mais de façon plus limitée. Jusque Lamballe au nord, Redon et Nantes au sud. Moins coûteux que le vert (3,10 à 3,65 milliards d'€) le gain de temps est aussi réduit (11 mn de Rennes à Brest)

 / ©
/ ©

À propos du débat public sur les nouvelles liaisons ferroviaires en Bretagne, Olivier Guérin (Président de la commission particulière) était l'invité de France 3 Bretagne ce jeudi 4 septembre à midi.
Débat public : nouvelles liaisons ferroviaires
Extrait du JT Midi, France 3 Bretagne du jeudi 4 septembre 2014


Sur le même sujet

Griedge Mbock et les bleuettes en 2012

Les + Lus