Cathédrale de Rennes: 5 ans pour renaître

Cinq ans de travaux ont été nécessaire pour redonner à la cathédrale Saint-Pierre de Rennes tout son éclat / © C. Rousseau
Cinq ans de travaux ont été nécessaire pour redonner à la cathédrale Saint-Pierre de Rennes tout son éclat / © C. Rousseau

Depuis dimanche dernier, une semaine de festivités célèbre à Rennes la fin des travaux de restauration de la Cathédrale Saint-Pierre. Au terme de 5 ans de chantier, l'édifice est métamorphosé. Reste à voir s'il saura reconquérir le coeur des Rennais, qui l'apprécient peu. 

Par Hélène Pedech

"Lorsqu'il fait beau comme aujourd'hui, les peintures, les dorures, tout chante (...) C'est une véritable jubilation !". Le Père Bernard Heudré n'en finit pas de s'émerveiller après la métamorphose de la Cathédrale Saint-Pierre de Rennes. Lui qui, séminariste, rêvait d'être curé de campagne, s'est retrouvé, 5 ans durant, à suivre le chantier de rénovation d'une cathédrale.

"Et pourtant, lorsque nous avons démarré l'étude de la restauration en 2008, nous n'étions absolument pas certains de pouvoir aller jusqu'au bout", se souvient Henry Masson, le Conservateur régional des Monuments Historiques de Bretagne. Un an plus tard, en 2009, les travaux démarrent. Coût total de la restauration: 2,5 millions d'euros, financés en totalité par l'Etat via la Direction régionale des Affaires Culturelles.

Un bon toilettage

Résultat: une Cathédrale lumineuse, telle que les Rennais d'aujourd'hui ne l'ont jamais connue. Sans doute faut-il davantage parler d'un bon toilettage tant les décors de l'édifice nous sont parvenus en bon état. 

Un édifice unique en France

Ces décors font de Saint-Pierre un édifice unique en Bretagne et même en France de par leur homogénéité. 

Enclavée au coeur de l'ancienne cité gallo-romaine de Condate (nom donné à Rennes à l'époque), face aux remparts et aux célèbres portes mordelaises, la Cathédrale repose sur les vestiges d'un sanctuaire païen datant de l'Antiquité. Maintes fois détruit puis reconstruit, l'édifice, tel qu'on le connait aujourd'hui d'extérieur, est érigé entre le milieu du XVIIIème siècle et 1844 (date de son inauguration) d'après des plans imaginés par l'architecte nantais Mathurin Crucy. Mais son style néo-classique ne plait pas du tout au nouvel archevêque de Rennes, Monseigneur Brossais Saint-Marc, qui la trouve trop sobre et trop païenne.

Sur le modèle de Saint-Pierre de Rome

Quinze ans, à peine, après l'achèvement de la construction de la Cathédrale, l'archevêque commande un nouveau décor intégral pour l'intérieur de la Cathédrale. Or, le Pape Pie IX vient d'ériger le diocèse de Rennes en archevêché avec suprématie sur les diocèses de Vannes, Saint-Malo et Saint-Brieuc (1859). Saint-Pierre de Rennes devient du coup la métropole religieuse de Bretagne d'où son surnom, "la Métro", encore utilisé par certains Rennais. Pour correspondre à cette nouvelle position, Monseigneur Brossais Saint Marc commande un décor sur le modèle de la Basilique Saint-Pierre de Rome... manière aussi de signifier son attachement au Vatican plutôt qu'à l'Empereur, Napoléon III.

Jobbé-Duval, comme au Parlement de Bretagne

Ainsi les 44 colonnes de pierre grise sont recouvertes de stuc rouge pour leur donner l'apparence de monolithes de marbre. La voûte de la nef, faite initialement de caissons de plâtre blanc, est reprise par le peintre Jobbé-Duval (c'est aussi lui qui a signé la plupart des peintures du Parlement de Bretagne) avec force couleurs et dorures.

Mais Mgr Brossais Saint Marc n'a jamais vu la Cathédrale achevée et elle que les visiteurs la découvrent aujourd'hui puisqu'il mourut avant la fin des travaux en 1878.

Un travail de fourmi

Cent cinquante ans après, cette décoration avait perdu beaucoup de son éclat, à cause notamment de la fumée des cierges et du chauffage. Les colonnes, les peintures ont donc été nettoyées méticuleusement. Un travail de fourmi qui a permis de raviver les couleurs de la Cathédrale souvent critiquée pour son manque de clarté. En plus, un important travail a été réalisé autour de l'éclairage. Le résultat est surprenant.



Intervenants :
- Père Bernard Heudré, curé de la Paroisse Saint-Pierre de Rennes
- Henry Masson, conservateur Régional des Monuments Historiques de Bretagne
- Frédéric Pouchin, électricien "Bernard Electricité"
- Père Bernard Heudré, curé de la Paroisse Saint-Pierre de Rennes

Une semaine de festivités pour inaugurer la Cathédrale rénovée

- Dimanche 9 novembre à 16h: "Bretagne est poésie". Lecture de poèmes bretons et oeuvres d'orgue (payant).
- Jeudi 13- novembre 14 novembre à 20h: Concert de l'Orchestre Symphonique de Bretagne sous la direction de Darrell Ang et du Choeur Ensemble vocal Résonance. Messe en la majeur de Luigi Cherubini, oeuvre donnée lors de l'inauguration de la Cathédrale en 1878 (payant).
- Samedi 15 novembre à 17h: inauguration officielle - A 20h30: création de la Cantate pour la Cathédrale sur un texte de Philippe Le Guillou et une composition musicale de Jean-René André.
- Dimanche 16 novembre à 15h: messe solennelle présidée par Mgr d'Ornellas, Archevêque de Rennes, en présence des évêques de la Province de Rennes.

Les concerts et la messe solennelle sont retransmis en direct sur RCF.

Sur le même sujet

Rennes La Janais : fin du partenariat PSA SNCF

Près de chez vous

Les + Lus