Cet article date de plus de 5 ans

Déserts médicaux : difficile d'attirer de jeunes médecins

Afin de favoriser l'installation des médecins généralistes dans les déserts médicaux, un dispositif incitatif pour les jeunes diplômés a été mis en place en 2013. Il s'agit du contrat de Praticien Territorial de Médecine Générale. A ce jour, on en compte 14 en Bretagne, dont un près de Plougonven dans le Finistère.

Médecin en milieu rural à Plougonven (29)
Médecin en milieu rural à Plougonven (29) © C. Rousseau
Attirer les médecins, notamment les généralistes, dans les déserts médicaux. Voilà la problématique à laquelle s'attachent depuis plus de dix ans les gouvernements successifs mais aussi l'Assurance Maladie.

Parmi toutes les solutions envisagées, le dernier gouvernement a en 2013, dans le cadre du Pacte Territoire Santé, créé un statut de Praticien Territorial de Médecine Générale (PTMG). Ce contrat s’adresse aux jeunes médecins non encore installés ou installés depuis moins d’une année

Plus de 400 postes sont prévus au niveau national. En Bretagne, une vingtaine de contrats est envisagée pour des installations dans les zones les plus démunies.
© ARS
A ce jour, la région compte 14 bénéficiaires du dispositif (1 dans les Côtes-d'Armor, 3 dans le Finistère, 6 en Ille-et-Vilaine et 4 dans le Morbihan). Un quinzième jeune médecin est en cours d'installation.

Des avantages pour les jeunes médecins

En tant que PTMG, le jeune médecin peut prendre la succession d’un médecin prêt à partir en retraite, rejoindre l’équipe d’une maison ou d’un centre de santé, sachant que le contrat sera d’une durée d’un an renouvelable une fois.

Le statut prévoit une rémunération brute garantie, se traduisant dans les cas de moins de 165 consultations par mois par un versement d'un complément de salaire. De plus, le PTMG bénéficie d’un dispositif avantageux en matière de protection sociale (maladie, maternité).

Reste avant tout pour ces jeunes diplômés la volonté de s'installer en milieu rural. Une vie bien souvent à l'opposé de celle qu'ils ont connue tout au long de leurs longues études de médecine dans une grande ville universitaire. Une rupture qui doit correspondre aussi à un choix de vie personnelle et professionnelle.

Un choix de vie avant tout

Ce choix, le docteur Céline Lopin, 33 ans, l'a fait. Elle s'est installée il y a un an à Plougonven (3 300 habitants), près de Morlaix. Elle a intégré un cabinet pluridisciplinaire intégrant deux médecins, des infirmières des kinés, un chirurgien dentiste et une secrétaire médicale.

Une de nos équipes est allé à sa rencontre.
durée de la vidéo: 02 min 19
Rencontre avec un jeune médecin rural

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé