• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Départementales : aucun élu du Front National en Bretagne

Marine Le Pen, présidente du Front National avec Gilles Pennelle, chezf de file du FN en Bretagne - Fougères - Octobre 2013 / © AFP - T. Bregardis
Marine Le Pen, présidente du Front National avec Gilles Pennelle, chezf de file du FN en Bretagne - Fougères - Octobre 2013 / © AFP - T. Bregardis

Pour ce second tour des élections départementales, le Front National était encore en lice dans 11 cantons : 5 en Ille-et-Vilaine, 4 dans le Morbihan et 1 dans les Côtes d'Armor engagé dans une triangulaire à Broons. A l'issue de ce scrutin, aucun candidat FN ne siègera en Bretagne.

Par Thierry Peigné

Au soir du 1er tour de ces élections départementales en Bretagne, le Front National pouvait se prévaloir d'avoir réalisé une nouvelle poussée en terre bretonne avec des scores jamais vu jusqu'à présent :
  • 15,73% dans le Finistère
  • 18,99% dans les Côtes d'Armor
  • 20,61% dans le Morbihan
  • 18,39% en Ille-et-Vilaine

Aucune victoire sur 11 binômes en lice

Cette percée se traduisait par la présence de 11 bînômes au second tour : un duel à Bain-de-Bretagne (35), Guichen (35), Dol-de-Bretagne (35), La Guerche-de-Bretagne (35), Montfort-sur-Meu (35), Muzillac (56), Lanester (56), Ploërmel (56), Lorient 1 (56), et à Brest 3 dans l'ancien canton de Pierre Maille, le président PS sortant du conseil général 29. Un binôme se retrouvait au centre d'une triangulaire sur le canton de Broons dans les Côtes d'Armor.  

Aucun des candidats du FN n'arrive en tête ce soir dans ces 11 cantons. Le parti frontiste n'aura donc pas d'élu à siéger dans les quatre futures assemblées départementales.
Gilles Pennelle, chef de file du FN en Bretagne
Reportage : C. Jauneau - J.M. Piron

Une implantation pas encore suffisante

Le Front National s'est heurté à la réalité du scrutin dans la région. De plus, malgré ses scores en constante progression à chaque élection, le parti d'extrême droite ne bénéficie pas d'une implantation suffisante pour l'emporter dans des duels face à des partis classique de gauche ou de droite ancrés de longue date.
Les candidats du Front National avaient pour la plupart fait le plein de voix au 1er tour et ne disposaient d'aucune réserve pour ce second tour, au contraire de leurs adversaires.


Sur le même sujet

French Touch - Miossec

Les + Lus