• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Le gaspillage alimentaire, combat de l'association Solaal

Les dons de fruits et légumes sont stockés pour ensuite être redonnés aux associations d'aide alimentaire
Les dons de fruits et légumes sont stockés pour ensuite être redonnés aux associations d'aide alimentaire

En finir avec le gaspillage de nourriture, c'est tout l'objet du rapport remis au Gouvernement par l'ex- ministre de l'agroalimentaire Guillaume Garot. Le gaspillage alimentaire concerne tous les acteurs de la chaîne alimentaire. Depuis 2013, l'association Solaal travaille sur cette problématique.

Par Emilie Colin

L'association Solaal a été lancée par le breton Jean-Michel Lemétayer quelques mois avant sa mort. Ce dernier expliquait "Je ne supporte pas de voir des gens qui ne mangent pas à leur faim dans mon pays". Son objectif ? Faciliter les liens entre donateurs des filières agricole et alimentaire, et les associations d’aide alimentaire. Sur le terrain, les agriculteurs désireux de faire un don peuvent bénéficier d'aides pour le transport du stock et la redistribution. Jean-Michel est l'un d'eux, au lieu de donner son surplus aux animaux, il a décidé d'en faire profiter des associations. 

Solaal : redistribution surplus alimentaires
M. Villaverde, B. Van Wassenhove, D. Lefebvre / avec Jean Michel Piot - Agriculteur, Roger Eustache - Vice président Banque alimentaire de Rennes, Ginette Delavaud - Croix Rouge de Rennes

Tous les acteurs de la chaîne impliqués 

Lutter contre le gaspillage alimentaire, "c'est un vrai choix de société" estime Guillaume Garot, député PS de la Mayenne et ancien ministre chargé de l'agroalimentaire, qui remet ce mardi un rapport sur le sujet aux ministres de l'Écologie, Ségolène Royal, et de l'Agriculture, Stéphane Le Foll. 

L'alimentation n'est pas une marchandise comme les autres. Il faut tout faire pour ne plus jeter. C'est un scandale éthique et aussi une question de pouvoir d'achat (G. Garot)


Dans son rapport, l'ancien ministre met en avant "la responsabilité" de chacun et affirme que "le gaspillage concerne tous les acteurs de la chaîne alimentaire, chacun peut agir", insiste-t-il. Chaque Français jette en moyenne 20 à 30 kilos de nourriture par an, ce qui représente une somme de 12 à 20 milliards d'euros sur une année, rappelle-t-il dans son rapport. Face à ce phénomène "inconscient et irrationnel", il faut commencer par faire oeuvre de pédagogie auprès du grand public, en l'éclairant notamment sur les dates de consommation.

Du côté des producteurs, le rapport reconnaît que la part des agriculteurs dans le gaspillage alimentaire en France est "faible". Mais ils doivent disposer de solutions en cas de surproduction ou d'aléas économiques. Guillaume Garot propose ainsi d'élargir à tous les produits agricoles le mécanisme déjà appliqué au lait, "qui permet aux producteurs agricoles de bénéficier de la défiscalisation dans le cadre de l'aide alimentaire", y compris quand le produit est transformé ou conditionné.

Une mesure attendue par la profession, souligne Angélique Delahaye, présidente de Solaal. Cette défiscalisation agit comme "une incitation": ce ne sont pas les avoirs fiscaux qui pousseront les agriculteurs à faire des dons, mais le fait "d'être reconnus". "Cela aura peu d'impact au niveau budgétaire mais beaucoup au niveau psychologique", assure-t-elle.

L'ancien ministre propose aussi des outils de politique publique pour encourager ce changement de pratiques, dont la création d'une agence nationale contre le gaspillage alimentaire qui aiderait à "lever les verrous et les blocages administratifs"

A lire aussi

Sur le même sujet

Exposition War à la Courrouze

Les + Lus