Affaire Troadec : la préméditation non retenue contre Hubert Caouissin, auteur présumé du quadruple meurtre ?

L'enquête n'a pas démontré qu'Hubert Caouissin avait tué les quatre membres de la famille Troadec avec préméditation en février 2017 à Orvault, selon les conclusions du procureur. 

Hubert Caouissin (au centre) aurait tué la famille Troadec pour une histoire d'héritage.
Hubert Caouissin (au centre) aurait tué la famille Troadec pour une histoire d'héritage. © Fred Tanneau / AFP
Après plus de deux ans et demi d'investigations, le procureur a livré ses conclusions définitives dans l'affaire Troadec. Comme le révèle Presse Océan, le ministère public estime dans son réquisitoire que la préméditation ne peut pas être retenue contre Hubert Caouissin, auteur présumé du meurtre de son beau-frère Pascal Troadec, son Brigitte et leurs enfants Sébastien et Charlotte à Orvault, près de Nantes, en février 2017. 
Le Procureur maintient que le Finistérien a tué les quatre membres de la famille Troadec, mais qu'il n'avait pas prévu ce crime ni de mode opératoire à l'avance.

Par conséquent, ce dernier devrait être jugé pour "meurtre ayant précédé, accompagné ou suivi un autre crime". Une requalification qui ne changerait en rien la peine encourue par Hubert Caoussin, à savoir la réclusion criminelle à perpétuité.
 

Un procès prévu fin 2020

En mars 2019, Hubert Caouissin avait été conduit dans sa propriété de Pont-de-Buis-lès-Quimerch dans le Finistère pour faire avancer l'enquête

C'est dans ce lieu que l'auteur du quadruple meurtre avait dissimulé les restes des corps de Pascal, Brigitte, Sébastien et Charlotte Troadec. L'ancien ouvrier d'État de l'arsenal de Brest a avoué avoir tué à coups de pied de biche ces victimes pour se défendre après avoir été surpris en train d'espionner les Troadec à cause d'une vieille rancune concernant une guerre d'héritage.

Une reconstitution a également eu lieu fin avril 2019 au domicile de la famille Troadec à Orvault en présence d'Hubert Caouissin pour comprendre ce qu'il s'était réellement passé le jour des meurtres. "Les explications qu'(Hubert Caouissin) donne pour dire dans quelles conditions il arrive et dans quelles conditions les choses se passent (...) démontrent qu'il n'y a aucune préméditation", estimait Thierry Fillion, l'avocat du suspect.

"Nous espérions obtenir des réponses de la part du mis en cause, mais malheureusement j'ai l'impression qu'il ne souhaite pas nous dire exactement ce qu'il s'est passé dans cette maison cette nuit-là" rétorquait de son côté Olivier Pacheu, l'un des avocats des parties civiles. 

Hubert Caouissin est actuellement placé en détention provisoire. Le procès d'assises concernant cette affaire devrait avoir lieu fin 2020. 


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
affaire troadec faits divers justice société