Bilan nautique 2019 : 23 morts en mer cet été sur la façade Atlantique

Selon la préfecture maritime, 23 personnes ont trouvé la mort en mer lors d’activités de loisirs à proximité des côtes atlantiques, entre le 1er juin et le 30 septembre 2019. / © Pierre Berthuel / Le Pictorium / MAXPPP
Selon la préfecture maritime, 23 personnes ont trouvé la mort en mer lors d’activités de loisirs à proximité des côtes atlantiques, entre le 1er juin et le 30 septembre 2019. / © Pierre Berthuel / Le Pictorium / MAXPPP

La préfecture maritime de l'Atlantique vient de publier son bilan des accidents en mer survenus cet été. Du Mont Saint Michel à la façade Atlantique, les 7500 kilomètres de façade Atlantique ont, cet été encore, été le témoin d'accidents ou de mauvaises pratiques. 23 personnes ont trouvé la mort.

Par MM

2 203

C'est le nombre d'opérations de secours menées en mer entre le 1er juin et le 30 septembre 2019, soit une augmentation de 3 % par rapport à 2018 (2141 opérations).
Même si le nombre d'interventions comptées sur la façade atlantique a augmenté, celui impliquant des décès a baissé.

23 personnes sont décédées sur cette période à proximité des côtes atlantiques lors d'activités de loisirs nautiques, contre 25 en moyenne sur cette période.
 

La navigation et la baignade, pratiques les plus dangereuses

Parmi les activités les plus dangereuses cet été : la navigation à voile ou à moteur. C'est la pratique nautique qui a occasionnée le plus de décès en mer en 2019.

Selon la préfecture maritime de l'Atlantique, "le manque de formation et d’entraînement des plaisanciers, déjà relevé les années passées, demeure un facteur important d’accidents. La préparation du matériel et des marins est essentielle, par exemple avec la vérification des moteurs et la connaissance des marées."

La baignade, pratique la plus populaire des vacanciers, est aussi celle après la navigation la plus dangereuse. Le nombre d'accidents mortels y est le plus élevé.
Pendant l’été 2019, 9 décès sur 23 sont dus à la baignade. 7 baigneurs ont perdu la vie à moins de 300 mètres du bord.
 

"Le nombre de fautes constatées sur le matériel de sécurité est toujours trop important", relève la préfecture maritime de l'Atlantique qui rappelle très régulièrement sur son compte Twitter, les préconisations élémentaires avant de partir en mer. 
 
Près de deux tiers de l'ensemble des infractions relevées, pendant les opérations de sécurité en mer cet été, concernent ce manque de matériels de sécurité.

Au délà du matériel de sécurité, le port du gilet de sauvetage ou vêtement à flottabilité intégrée, est souvent oublié. Son rôle est pourtant constamment prouvé. "A la protection qu’il offre contre la noyade s’ajoute une nette amélioration du repérage de l’homme à la mer dans le cas des gilets autogonflants", rappelle la préfecture maritime de l'Atlantique.

Pour s'informer des conditions de navigation ou se rappeler des mesures de précaution, la préfecture maritime de l'Atlantique actualise sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter) ses interventions et toutes informations essentielles.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Pauline Kerscaven sur le plateau de Bali Breizh

Les + Lus