A Brest, Quimper, Rennes, le personnel hospitalier est dans la rue

Manifestation des personnels de santé en Bretagne
La tension monte chez les professionnels de santé. Les infirmiers (salariés et libéraux) mais aussi les aides-soignants, agents administratifs et autres personnels hospitaliers ont manifiesté à Brest, Rennes ou encore Quimper pour dénoncer les dégradations de leurs conditions de travail. Entre les fermetures de service et la course à la rentabilité, le mal-être est croissant. Intervenants : Quimper (29) Catherine Gloaguen, aide-soignante hôpital de Quimper - Rennes (35) Catherine Deshayes, aide-soignante au CHU de Rennes - Ludivine Gauthier, Fédération Nationale des Elèves en Soins Infirmiers  - Reportage : T. Bréhier - J. Le Bot - G. Queffélec -S. Lenaud

Comme un peu partout en France, les personnels des hôpitaux manifestent. La souffrance au travail est pointée du doigt, à cause des plans d’économie.

Par Stéphane Grammont

Ils sont aides-soignants, infirmiers ou personnels administratifs. Dans plusieurs villes de Bretagne comme Brest, Quimper ou Rennes, le personnel hospitalier a manifesté pour protester contre la dégradation des conditions de travail.

Le plan d’économies en cours provoque, selon les manifestants, beaucoup de souffrances dans les services.

« On voit des gens qui pleurent au travail, des gens qui sont en arrêt, c'est de l’auto-emplacement permanent, des rallongements d’horaires, des gens à qui l’on demande des journées de 12 heures en alternance avec des journées de 8 heures, ils n’en peuvent plus » témoigne Catherine Gloaguen, aide-soignante à Quimper.

A Rennes, outre un rassemblement place de la Mairie, les élèves infirmiers ont défilé depuis le CHU Pontchaillou vers l’esplanade Charles-de-Gaulle, où ils se sont allongés pour dire qu’ils étaient crevés.

« Dans les services on est en sous-effectif, tout le monde est fatigué, et il y a des postes qui doivent encore être supprimés. Nous, en tant qu'étudiants, nous sommes délaissés, les infirmiers n’ont pas le temps de nous fermer » se lamente Fabien Gobin-Duc.

Sur le même sujet

Les + Lus