Bretagne : les ouvriers et artisans du bâtiment veulent manger chaud et au chaud!

Pour que les ouvriers du BTP puissent manger chaud et à l'abri, en Bretagne, la Fédération Française du Bâtiment et l’Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie réclament l’ouverture des restaurants routiers ou d'un local communal. Une nécessité avec l'arrivée de l'hiver.
Avec la crise sanitaire, ces ouvriers ont recours au Système D pour déjeuner.
Avec la crise sanitaire, ces ouvriers ont recours au Système D pour déjeuner.
Depuis le 30 octobre, restaurants et bars sont fermés pour cause de confinement. Et ils le resteront jusqu’au 20 janvier au moins privant ainsi la plupart des ouvriers du bâtiment intervenants sur des chantiers extérieurs de déjeuner au chaud et à l’abri. 

Seules alternatives : la gamelle, des sandwichs ou plats chauds à emporter, une carte interactive a été publiée par la Fédération du Bâtiment en Bretagne sur laquelle sont recensés tous les restaurants qui en proposent. Des solutions qui ont leurs limites, surtout avec l’arrivée de l’hiver. 
 
durée de la vidéo: 01 min 58
Restaurants fermés : la galère des salariés du BTP


C’est pourquoi, en Bretagne, la Fédération Française du Bâtiment et l’Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie ont demandé au Préfet l’ouverture des restaurants routiers ou ouvriers, aux artisans et salariés du bâtiment, sur présentation de leurs cartes professionnelles, comme cela se fait pour les chauffeurs routiers depuis le 7 novembre. 

Et dans les communes sans restaurants à proximité des chantiers, la bienveillance des maires pour qu’un bâtiment soit mis à leur disposition. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
entreprises économie confinement santé société covid-19