• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Le breton François Pinault va donner 100 millions pour Notre Dame de Paris : la tradition du mécénat

L'homme d'affaire François Pinault, troisième fortune de France - / © Jean-Francois MONIER /AFP
L'homme d'affaire François Pinault, troisième fortune de France - / © Jean-Francois MONIER /AFP

La société d'investissement de la famille Pinault, Artemis, va débloquer 100 millions d'euros pour la reconstruction de la cathédrale de Notre Dame de Paris, ravagée ce lundi par un incendie. Une tradition de mécénat dont la région a déjà profité.

Par Stéphane Grammont (avec AFP)

François-Henri Pinault a annoncé dès ce lundi soir, alors que la cathédrale Notre Dame de Paris était encore en proie aux flammes, que la société d'investissement Artemis allait débloquer 100 millions d'euros pour sa reconstruction.

Une décision prise avec son père, François Pinault, par ailleurs collectionneur d'art contemporain et fondateur de l'empire de luxe Kering.


Face à un tel drame, chacun souhaite redonner vie au plus vite à ce joyau de notre patrimoine


Artemis est le bras armé de  l'empire fondé par François Pinault. La société a été créée en 1992 et est dirigée par François-Henri Pinault, par ailleurs propriétaire du Stade Rennais, depuis 2003.

"Cette tragédie frappe tous les Français et bien au-delà tous ceux qui sont attachés aux valeurs spirituelles. Face à un tel drame, chacun souhaite redonner vie au plus vite à ce joyau de notre patrimoine", écrit le président de la holding familiale et du groupe de luxe Kering.


Une tradition de mécénat


François Pinault, qui possède une propriété à Dinard, reste profondément attaché à la Bretagne.

L'homme de 82 ans, passionné autant de football qu'influent collectionneur d'art contemporain – il a exposé une partie de sa collection au couvent des jacobins à Rennes – est la troisième fortune de France.

Bien avant de se hisser au rang des plus grands entrepreneurs du pays, l'autodidacte, qui avait repris l'entreprise de négoce en bois de son beau-père en 1962, avait déjà réagi après des événements dramatiques dans la région.
 

J'ai décidé de piocher dans ma cassette personnelle


En 1990, François Pinault avait apporté son aide financière au reboisement de la forêt de Paimpont, à Brocéliande, qui avait été touchée par un vaste incendie.

A l'époque, des personnalités du monde politique et industriel, emmenés par Alain Madelin, avaient créé le comité pour le reboisement de la forêt de Paimpont.

"J'ai décidé de piocher dans ma cassette personnelle pour proposer aux élus locaux de payer le reboisement de l'ensemble de cette forêt" annonce-t-il alors. Cela représentait à l'époque un investissement "de quelques millions".
 
 

2000, après la marée noire de l'Erika


Le 9 janvier 2000, François Pinault, devenu milliardaire, survole en hélicoptère les îles d'Houat et Hoedic, avant d'atterrir à Belle-Île.

Sa réaction à la marée noire a été immédiate. Il rencontre alors les élus locaux pour leur annoncer qu'il financerait du matériel pour nettoyer la côte.

Sur le continent, à Theix, il annonce qu'il va financer les frais de bénévoles qui oeuvrent pour la clinique des oiseaux mazoutés.

Un engagement à hauteur de 10 à20 millions de francs.


Un influent collectionneur


La "collection Pinault" est mondialement connue dans le monde de l'art contemporain. On a pu en voir une toute petite partie dans l'exposition Debout!, au Couvent des Jacobins à Rennes. 

Mais le mécène a également participé à la rénovation du Palazzo Grassi à Venise, où il a décidé d'installer une partie de sa collection privée, après avoir renoncé au site des anciennes usines Renault de Boulogne-Billancourt.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Littoral, l'ostréi-conteur

Les + Lus