Canicule : la Bretagne en alerte rouge

Publié le Mis à jour le
Écrit par Séverine Breton .

40 degrés à Redon, 38 à Lannion, Rennes, Pontivy ou Vannes, 37 à Brest, 36 à Saint-Brieuc. Dans la journée de lundi 18 juillet, la chaleur va s’intensifier en Bretagne. Les quatre départements passent en alerte canicule rouge à partir de midi.

Alors que le thermomètre n’en finit plus de grimper, l’alerte rouge canicule débutera ce 18 juillet à midi dans toute la Bretagne. 

Le dernier bulletin de Météo France annonce que lundi sera "la journée la plus chaude pour l'ouest du pays. Les températures minimales ne descendent pas en dessous de 20 à 23 degrés dans l'ouest et en journée, elles deviennent très élevées quasiment partout sur l'hexagone. Elles atteignent en général 35 à 39 degrés mais la barre des 40 degrés est souvent atteinte dans l'ouest. De nombreux records risquent d'être battus."  De quoi faire chaud dans le dos ! 

Plan bleu 

Les Services de l’État renforcent les mesures de protection des populations déclenchées hier dans le cadre de la vigilance orange. 

Dans un communiqué, les Préfectures et l Agence Régionale de santé annoncent que le Plan Bleu est activé dès ce 17 juillet. "Il permet aux établissements hébergeant des personnes âgées ou handicapées, la mise en œuvre rapide et cohérente des moyens indispensables (et une organisation opérationnelle) pour faire face efficacement à une situation sanitaire exceptionnelle, en l’occurrence de fortes chaleurs."

Nouvelles mesures pour prévenir les risques sanitaires et d’incendie.

Les préfets interdisent la tenue de "toute manifestation publique, revendicative, festive, culturelle, sportive ou commémorative, en extérieur ou dans des établissements non climatisés recevant du public, est interdite du lundi 18 juillet 2022 à 00h00 et jusqu’au mardi 19 juillet 2022 à 24h00 ", ainsi que les tirs de feux d’artifices  pendant cette même période.

Depuis plusieurs jours, un arrêté interdit également temporairement la circulation dans les bois, forêts et landes sur les communes sensibles au risque incendie. Il reste en application jusqu’à mercredi 20 juillet. 

Les préfectures rappellent qu’en ces jours de fortes chaleur, il ne faut pas allumer de feu ou de barbecue à moins de 200 mètres de massifs boisés ou de landes et recommandent de ne pas fumer dans les zones forestières, et de ne pas jeter pas de mégots de cigarettes. 

Coups de chaud pour les organismes

"L'exposition à de fortes chaleurs constitue une agression pour l'organisme. La transpiration permet au corps de maintenir sa température, mais lorsqu’il ne la contrôle plus et qu'elle augmente rapidement, une personne peut être victime d'un coup de chaleur", détaillent les Préfectures. Les nourrissons et les personnes  âgées  sont particulièrement vulnérables. 



Les services de l’état répètent donc les messages de prudence : "Buvez régulièrement de l’eau, rafraîchissez-vous et mouillez-vous le corps (au moins le visage et les avant-bras) plusieurs fois par jour ;  évitez de sortir aux heures les plus chaudes ; maintenez votre logement frais (fermez fenêtres et volets la journée, ouvrez-les le soir et la nuit s'il fait plus frais)."



En cas de nausées ou de maux de tête, les préfectures recommandent de téléphoner à son médecin et si les symptômes s’aggravent ou persistent plus d’une heure, et en cas de  malaise, de composer  le 15. 



Les préfets appellent d’ailleurs également les employeurs "à apprécier au cas par cas l’opportunité d’aménager ou de suspendre l’activité professionnelle conformément aux consignes diffusées par les services de l’État."

En fin de journée de ce 18 juillet sous la fournaise, selon les prévisions de Météo France, le vent devrait tourner brusquement à l'ouest ce qui devrait faire rentrer les nuages océaniques dans les terres et faire brutalement chuter les températures.  

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité