Cas de Covid-19 dans des abattoirs : y a-t-il un risque pour les consommateurs ?

"Le virus ne se transmet pas par la viande", affirment les autorités sanitaires. / © PHOTOPQR/L'INDEPENDANT/MAXPPP
"Le virus ne se transmet pas par la viande", affirment les autorités sanitaires. / © PHOTOPQR/L'INDEPENDANT/MAXPPP

Des dizaines de cas positifs au Covid-19 ont été détectés dans plusieurs abattoirs français, notamment dans les Côtes-d'Armor. D'après les autorités sanitaires et les médecins, il n'y a pas de risque pour le consommateur d'être contaminé par ce biais. Explications.

Par Mathieu Herry


Hier, dimanche 17 mai, l'Agence régionale de santé de Bretagne confirmait que 69 salariés et prestataires de l'abattoir Kermené de Saint-Jacut-du-Mené, dans les Côtes-d'Armor avaient été testés positifs au Covid-19 en fin de semaine dernière.
 

Dans le Loiret, un foyer similaire a été identifié dans une autre usine, et à l'étranger, en Allemagne et aux Etats-Unis par exemple, d'autres cas de contamination sont apparus ces dernières semaines dans le secteur de l'industrie agro-alimentaire.

Danger écarté pour les consommateurs

Occupées à circonscrire au plus vite la transmission du virus autour des cas testés positifs dans ces abattoirs, les autorités sanitaires ont rapidement écarté l'hypothèse d'un danger venu des produits de ces sites agro-alimentaires. "Ces cas dépistés dans les abattoirs ne constituent pas une question de sécurité alimentaire", explique-t-on du côté de l'Anses, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail.

Matthieu Revest, médecin au CHU de Rennes et spécialiste des maladies infectieuses, précise : "il n’y a vraiment pas de raisons de penser que le virus sorte des abattoirs par les produits. C’est un virus à transmission interhumaine, par les voies respiratoires. Dans un abattoir, les processus de sécurité sont tels que le risque est réduit à zéro par les systèmes de production. Tout au long de la chaîne, les produits sont très protégés, avant même cette période d’épidémie. Le virus ne résisterait pas aux processus de protection de la viande contre ses autres pathogènes habituels : bactéries, etc."
 

"Les mesures de protection dans les usines agro-alimentaires sont largement suffisantes pour écarter un risque pour le consommateur."
Matthieu Revest, médecin-épidémiologiste


Inspection des carcasses


Du côté de la préfecture des Côtes-d'Armor, on précise que "les services d'inspection de l'Etat garantissent la salubrité de toutes les carcasses qui sortent de l'abattoir. Chaque carcasse est inspectée individuellement."

Et même si des traces de virus parvenaient à sortir sur des emballages par exemple, le risque semble écarté. "La voie de contamination du Covid-19 est respiratoire, répète Yvon le Flohic, médecin généraliste à Ploufragan dans les Côtes-d’Armor. Quand on mange du virus, il atterrit dans un milieu acide. La voie digestive n’est pas la voix de contamination des virus respiratoires. On n’attrape pas la grippe en mangeant un steak", conclut le généraliste. D'autant que la consommation de viande intervient généralement après cuisson, qui tue également le virus.


L'Anses rappelle ses préconisations


Face aux questions qui émergent dans ce type de situation, l'Anses renvoie les consommateurs vers les préconisations générales qu'elle fait depuis le début de l'épidémie. "Le virus circule, il est parmi nous, mais ces cas dans les abattoirs ne sont pas un élément de risque supplémentaire."
 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus