Climat. Un mois de juin sans queue ni tête en Bretagne

Inondations, canicule, pluviométrie exceptionnelle… Ce mois de juin un peu fou en terme de météo présage-t-il d’un climat complètement déréglé ? En Bretagne, un rapport régional fait en tous cas le constat d’un réchauffement climatique indéniable et patent.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Des orages en début de mois, inondant les rues... Une canicule quelques jours plus tard et un thermomètre frôlant les 40 degrés.

Sans oublier ces chutes de grêle au mois de mai, frappant des habitations du nord de l'Ille-et-Vilaine. Les conclusions du rapport Oracle de l'observatoire de l'Environnement en Bretagne sont assez alarmantes. 

 

durée de la vidéo : 00h01mn00s
L'évolution du climat en Bretagne ©Antoinette Grall


En quelques semaines, le ciel breton est passé par tous ses états.
Un temps imprévisible directement lié au réchauffement climatique.


"En près de 60 ans, note Sébastien Decaux, météorologue à Météo-Bretagne, la température moyenne a augmenté de plus d'1 degré dans notre région".



Et le phénomène va s'accélérer.

 

La température moyenne va continuer d'augmenter encore et poser des problèmes d'un point de vue sanitaire mais aussi pour le monde agricole.

Le maître mot chez les agriculteurs : adaptation

Dans les champs, les conséquences sont déjà bien visibles. Ces dernières années les récoltes sont de plus en plus précoces. Ce vendredi (24 juin), Thierry Houel, agriculteur à Saint-Carné, près de Dinan dans les Côtes d'Armor, hume son orge.

"Y'a encore un peu d'humidité mais le grain est mur".

 

Thierry s'apprête à moissonner son champ d'orge… avec plus de 15 jours d'avance!

"Les critères qu'on nous avait donnés quand est allés à l'école vont évoluer mais c'est assez déconcertant, confie-t-il. Le plus difficile c’est de prendre des gros chocs de température, à plus de 40 degrés on n'en a presque jamais eu. Avec du soleil et du vent, ça grille tout. Il faut qu’on s’adapte. Dans nos pratiques, dans nos types de cultures".

 

Trouver de nouvelles méthodes de culture, adapter les variétés et surtout gérer le problème de l'eau. Thierry Houel le sait, il y aura des défis à relever, pour faire face à un phénomène qui ne fait que commencer.