Comment faire école à la maison ? Le ministre Jean-Michel Blanquer répond lui-même aux parents tous les vendredis

Publié le Mis à jour le
Écrit par Chloé Tempéreau

Depuis la fermeture des établissements scolaires, l’Education nationale a mis en place différents dispositifs pour assurer la continuité pédagogique. Dernier en date, un système de questions-réponses avec le ministre lui-même. Ce sera chaque vendredi à 17h.



"Continuité pédagogique" : ce sont les maîtres-mots de l’institution scolaire depuis la fermeture des écoles, collèges et lycées.



Malgré le confinement des élèves à la maison, l’Éducation nationale a mis en place différents dispositifs. Dernier en date, un système de questions - réponses avec le ministre de l’Éducation lui-même, programmé tous les vendredis à 17 heures.



On ne s’improvise pas enseignant du jour au lendemain



Les parents d’élèves, aidés des professeurs, doivent encore assurer le suivi scolaire de leurs enfants jusqu’au 15 avril minimum. Depuis deux semaines et le début du confinement, les parents font face à différentes problématiques : manque de matériel informatique, défaut de connexion internet, difficultés à mettre son enfant au travail.



Pour aller au délà des dispositifs déjà mis en oeuvre par le ministère, comme la possibilité de joindre par téléphone les enseignants et les conseillers pédagogiques, Jean-Michel Blanquer a décidé de mouiller le maillot.



Les parents d’élèves peuvent poser leurs questions au ministre lui-même à cette adresse mail : rendez-vous-parents@education.gouv.fr.



Chaque vendredi à 17 heures, ses réponses seront visibles sur les différentes plateformes du ministère : YouTube, Instagram, Facebook, Twitter.



Voilà à quoi cela ressemble :



  

5 à 8% des élèves font de la télé-école buissonière 



Si l’Éducation nationale multiplie les modes de communication envers les parents, c’est parce qu’entre 5 et 8 % des élèves n’ont pas établi de contact avec leurs enseignants depuis la fermeture des établissements scolaires.



De son côté, Rémi Toulhoat, président de l’association des parents d’élèves Div Yezh de l'enseignement public bilingue, reste sceptique sur ce dispositif. Pour faire face au décrochage scolaire dit-il, il faut "que le ministère maintienne du lien avec de la présence humaine devant les enfants..."



 

 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité